Avec son film « Jungle Cruise », Disney fait une discrète référence à un personnage LGBTI+

Publié le

« Jungle Cruise », le nouveau film d'aventures de Disney au bon parfum de nostalgie, fait néanmoins figurer une première pour le royaume enchanté : l'un de ses personnages y mentionne – discrètement – son homosexualité.

jungle cruise Disney
Le film « Jungle Cruise » des studios Disney - Capture d'écran / YouTube

La nouveauté figure dans une scène de Jungle Cruise où le personnage incarné par l’acteur britannique Jack Whitehall discute de sa sexualité avec le capitaine du bateau joué par Dwayne « The Rock » Johnson. Si au regard des standards du cinéma moderne une telle scène n’a rien d’extraordinaire, elle fait en revanche figure d’évènement pour Disney et sa réputation conservatrice.

Le jeune dandy britannique MacGregor, voguant sur l’Amazone avec le capitaine Frank n’utilise pas spécifiquement le mot « gay », mais explique avoir rompu trois fiançailles avec des femmes, ses « intérêts » résidant « ailleurs ». « J’ai senti que la scène représentait exactement ce qu’elle était, c’est à dire deux hommes qui parlent de ce qu’ils aiment, et de qui ils aiment  », a déclaré The Rock, acteur le mieux payé de la planète, lors d’une conférence de presse cette semaine.

Mais le dialogue a des chances de provoquer des remous au moment de sa sortie aux États-Unis vendredi, chaque petit pas de Disney vers davantage de représentation LGBTI+ dans ses productions s’étant attiré le feu des critiques dans le pays comme à l’étranger, et pas seulement chez les conservateur·trices.

Le groupe évangélique américain One Million Moms (Un million de mamans) avait organisé un boycott de Toy Story 4 en 2019, car le film d’animation avait montré brièvement deux mamans déposant leur enfant à l’école. One Million Moms avait accusé Disney d’avoir « exposé les enfants à des sujets controversés  ».

Symbole opportuniste

Un baiser lesbien furtif dans le dernier volet de la saga Star Wars avait même été coupé au montage dans les versions montrées à Singapour et Dubaï, où le mariage entre personnes de même sexe est illégal. Mais ce baiser historique avait aussi été fustigé par les défenseur·euses des droits LGBTI+ qui y voyaient un symbole opportuniste, à l’instar d’une courte scène dans le méga-blockbuster Avengers : Endgame, où un homme ouvertement gay participe à un groupe de soutien.

Jungle Cruise va cependant plus loin puisque McGregor explique avoir rejoint sa soeur scientifique, jouée par Emily Blunt, dans son expédition au Brésil, car elle s’est tenue à ses côtés quand d’autres le rejetaient dans le Londres de la Première guerre mondiale, en raison de qui il aimait.

« C’est une scène que l’on voulait vraiment bien faire », a affirmé Jack Whitehall, un humoriste britannique devenu acteur, et qui est hétérosexuel.

S’épanchant sur la question lors de l’avant-première dimanche en Californie, il a déclaré au magazine Variety que la scène était « significative », et qu’ils y avaient « beaucoup réfléchi et discuté  ».

« J’espère que c’est une scène que le public appréciera et j’ai certainement ressenti à ce moment-là de la fierté pour le travail que nous avions fait », a-t-il ajouté, précisant qu’il espérait qu’elle aurait un impact positif pour les enfants LGBTI+ qui la regarderaient.

« Sous-entendu »

Mais l’absence du mot « gay » dans le film a déjà provoqué des critiques sur les réseaux sociaux.

« Disney ferait vraiment n’importe quoi pour éviter d’utiliser le mot “gay” dans son contenu mainstream », a affirmé sur Twitter Declan Cashin, un gestionnaire de contenus pour le réseau social.

Jeremy Blacklow, directeur médias de divertissement au groupe de défense des droits LGBTI+ Glaad, a déclaré dans un communiqué à l’AFP que le dialogue « touchant » représentait un « ajout important dans un film à gros budget qui touchera des spectateurs à travers le monde ». Cependant, « le sous-entendu de la scène fait qu’il est facile de passer à côté pour quiconque n’y attache pas d’attention particulière, ou pour ceux qui sont trop jeunes pour comprendre la référence », a-t-il ajouté.

Selon Glaad, il n’y a eu que 20 personnages LGBTI+ dans les films diffusés par les studios majeurs l’an dernier, dont 30 % étaient à l’écran pendant moins d’une minute.

Pour Jeremy Blacklow, Disney devrait inclure des trames narratives plus diverses dans ses films à venir, y compris dans les franchises de super-héros Marvel comme Les Eternels, et les suites de Doctor Strange ou Thor.

L’histoire de Jungle Cruise se déroule dans la forêt amazonienne et suit le Dr Lily Houghton, incarnée par Emily Blunt, ainsi que son frère, qui ont recours aux services d’un charismatique et pétillant mais mystérieux propriétaire de bateau pour remonter l’Amazone à la recherche d’un arbre aux pouvoirs mystérieux de guérison.

Comme pour Pirates des Caraïbes, le film prend ses sources dans une attraction des parcs Disney.

Avec l’AFP 

Centre de préférences de confidentialité