Farida Ramadan, une Égyptienne trans en quête de « dignité »

Publié le

Hijab bicolore assorti à son khôl et à son rouge à lèvres carmin, Farida Ramadan, femme trans de 50 ans, bouscule les idées reçues et se bat pour faire valoir ses droits dans une Égypte conservatrice où la communauté LGBTI+ est souvent prise pour cible.

Farida Ramadan
Farida Ramadan - Capture d'écran YouTube / Zatmasr
Article Prémium

Issue d'un milieu modeste de Damiette (nord-est), Farida Ramadan, une ex-institutrice de 50 ans, raconte qu'enfant elle ne s'intéressait déjà « pas aux trucs de garçons ». À l'adolescence, elle déclare à ses proches son sentiment de transidentité, s'attirant une « grande réprobation » et des « railleries inimaginables », dit-elle.

Rejetée « par 90% des gens » à Damiette, elle quitte rapidement le foyer familial, puis sa région et tente en vain sa chance au Caire et à Alexandrie (nord).

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous