Afrique du Sud : la communauté LGBTI+ se mobilise après une vague de crimes de haine

Publié le

En l'espace d'un mois, quatre hommes gays ont été tués en Afrique du Sud. La communauté LGBTI+ locale se mobilise et demande justice contre ces crimes de haine.

afrique du sud pride
La marche des fiertés du Cap en 2019 - Lois GoBe / Shutterstock
Article Prémium

Dimanche 18 avril, Lonwabo Jack, un homme gay de 22 ans, a été assassiné en Afrique du Sud. Il se trouvait à Nyanga, une ville du Cap-Occidental avec ses amis pour célébrer son anniversaire. Le jeune homme a été agressé sexuellement et poignardé à mort, selon Independent Online. 

« Lonwabo était un enfant gentil, il était toujours entouré de ses amis et aimait le plaisir et les bons moments. C'était un enfant calme et il ne disait pas certaines des choses qu'il vivrait parce qu'il avait l'impression de pouvoir les gérer comme n'importe quel autre homme », témoigne son père, Mzwabantu, au média sud-africain. « Cependant, lorsqu'il nous a dit qu'il avait été violé, nous savions en tant que parents que nous devions prendre position. Avoir un enfant gay nous a appris une leçon précieuse ».

« C'est déchirant de donner naissance à un enfant et de l'enterrer », explique-t-il, bouleversé.

Ce meurtre est survenu quelques jours après une manifestation LGBTI+ devant le parlement sud-africain Les militant·es ont exigé que le gouvernement prenne des mesures pour faire face à vague de violence LGBTphobe, notamment à la suite de la mort de Andile « Lulu » Ntuthela, un homme gay de 40 ans récemment assassiné au Cap oriental.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous