Collages Lesbiens organise une Marche lesbienne à Paris pour une PMA pour tou·tes

Publié le

Le collectif Collages Lesbiens organise une Marche lesbienne à Paris dimanche 25 avril à partir de 14 heures. Les militantes revendiquent une PMA pour tou·tes.

marche lesbienne
Une marche organisée par Collages Lesbiens aura lieu à Paris le 25 avril - Collages Lesbiens

Une Marche lesbienne se déroulera dimanche 25 avril à 14 heures à Paris, veille de la journée de la visibilité lesbienne. Elle est organisée par le collectif Collages Lesbiens, créé en 2020. « La Marche sera ouverte par un cortège en non mixité de lesbiennes, mais nous appelons toutes celles et ceux soutenant nos combats à nous rejoindre », écrit Collages Lesbiens dans un communiqué. En s’inspirant des « Dyke March », originaires des États-Unis, les militantes souhaitent marcher contre « la lesbophobie et la transphobie d’État (…) pour défendre nos droits, nos vies, nos familles  ».

« La parole des lesbiennes est totalement absente dans ce débat sur l’ouverture de la PMA. Nous, lesbiennes, féministes, refusons de voir nos droits bafoués et nos voix réduites au silence  »

La Marche s’inscrit dans le contexte des débats parlementaires sur le projet de loi bioéthique, pour ouvrir l’accès à la PMA à tou·tes. « Le texte de loi bioéthique, débattu à l’Assemblée et au Sénat depuis plus d’un an et demi, laissait entrevoir un espoir. Toutefois, sous la pression de lobbies réactionnaires tels que La Manif Pour Tous, les député·es ont voté une loi au rabais, tout en crachant au visage des lesbiennes », ajoute Collages Lesbiens.

« La parole des lesbiennes est totalement absente dans ce débat sur l’ouverture de la PMA. Nous, lesbiennes, féministes, refusons de voir nos droits bafoués et nos voix réduites au silence  ».

Parmi les revendications de la Marche lesbienne, les militantes exigent une « PMA anonyme par défaut, gratuite et remboursée pour tou·tes, sans conditions », la possibilité de donner ses ovocytes à sa conjointe grâce à la ROPA, la possibilité de conserver ses ses gamètes pendant une transition de genre dans tout centre de conservation afin de pouvoir les utiliser dans le cadre d’une PMA. Elles réclament également la possibilité de refuser l’appariement et d’améliorer la communication sur le don de gamètes, afin de combler le manque actuel pour les personnes racisées.

Au même moment à Paris, un cortège en non-mixité pour les lesbiennes racisées défilera pour défendre les mêmes revendications.

« Lesbiennes, fières, pas près de se taire ! !  », conclut le collectif.