Répression des personnes LGBT+ par le régime nazi : des associations réclament de « lutter contre l'invisibilité »

Publié le

« L'histoire des lesbiennes, des gays, des bisexuels, des transgenres et des personnes intersexes est encore trop souvent considérée comme un sujet marginal et de bas de page. »

holocauste journée mémoire
Le 27 janvier est la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste - Wild surfing / Shutterstock
Article Prémium

Le mercredi 27 janvier a marqué les 76 ans depuis la libération du camp de concentration d’Auschwitz. Chaque année, à l'occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, le monde rend hommage aux millions de victimes du régime nazi – ainsi que celles mortes lors des génocides au Cambodge, Rwanda, Bosnie et Darfour.

Il est estimé que 17 millions de personnes ont été exterminées sous le régime nazi, dont six millions de Juifs. Les personnes LGBT+ ont aussi été la cible du régime totalitaire. D’après Régis Schlagdenhauffen dans son ouvrage Triangle rose : la persécution nazie des homosexuels et sa mémoire, environ 100 000 hommes ont été arrêtés pour homosexualité en Allemagne nazie entre 1933 et 1945. Cinquante mille d’entre eux ont été condamnés pour leurs « crimes » et environ 5 000 à 15 000 hommes homosexuels ont été envoyés dans des camps de concentration.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous