Peter Tatchell accuse d'homophobie le service en persan de la BBC

Publié le

La BBC a annoncé vendredi 8 janvier lancer une enquête après la plainte du militant pour les droits humains Peter Tatchell accusant d'homophobie le service en persan de l'audiovisuel public britannique.

bbc
La BBC (British Broadcasting Corporation) est le premier radiodiffuseur au Royaume-Uni - Willy Barton / Shutterstock

Le militant des droits humains et personnalité LGBT+ bien connue Peter Tatchell affirme avoir contacté BBC World Service après que son antenne BBC Persian a republié le mois dernier sur son site une tribune datant d’octobre 2018 qui contenait des termes offensants en farsi pour décrire la communauté gay.

Selon le militant, cette publication a été modifiée après plusieurs plaintes, mais une vidéo diffusée sur la chaîne de télévision persane de la BBC, se moquant d’un événement lié à la Marche des Fiertés londonienne de 2019, est elle toujours en ligne.

« Une tribune écrite par un contributeur extérieur a été amendée sur notre site internet, avec une mention », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la BBC. « Nous fournirons une réponse complète à M. Tatchell en temps voulu  ».

Excuses publiques

Dans sa lettre aux patrons de la BBC, Peter Tatchell avait exigé des excuses publiques et le licenciement de la directrice du service en persan, Rozita Lotfi.

Il a également demandé une enquête « sur les allégations persistantes selon lesquelles le personnel de la branche persane de la BBC est possiblement infiltré par des agents de la dictature iranienne ».

La chaîne BBC Persian est interdite en Iran et, selon un rapport d’experts de l’ONU publié en mars dernier, son personnel expatrié a fait l’objet d’intimidations de la part du régime, parmi lesquelles des menaces de mort contre des proches basés en Iran.

La maison-mère basée à Londres a déclaré à l’époque qu’il y avait eu une « récente escalade dans le harcèlement » du personnel persan de la BBC et de leurs familles, coïncidant avec une répression de la dissidence en Iran.

Avec l’AFP

 

Centre de préférences de confidentialité