I = I : la « vie normale » des personnes séropositives avec une charge virale indétectable

Publié le

Indétectable = Intransmissible - Avoir une charge virale indétectable au VIH chez les personnes séropositives participe efficacement à la lutte contre la transmission du VIH. Et permet d’avoir une vie « normale » comme tout le monde. Voici pourquoi.

Illustration de Silver pour Komitid

Indétectable = Intransmissible

On a tendance à imaginer que seuls le préservatif et la PrEP (la prophylaxie pré-exposition, un traitement qui se prend avant un rapport sexuel) sont efficaces contre les nouvelles contaminations au VIH. Pourtant depuis plusieurs années, grâce à des études scientifiques, on sait qu’une personne séropositive avec une charge virale indétectable ne transmet pas le VIH. C’est le TasP (treatment as prevention ou la prévention par les traitements).

Dès lors qu’une personne apprend qu’elle est séropositive au VIH, elle se voit prescrire par son médecin, un traitement antirétroviral dans le but de faire baisser la quantité de virus (la charge virale) dans le sang et dans le sperme jusqu’à ce qu’il devienne indétectable. Plus le diagnostic de séropositivité au VIH est précoce et donc, plus tôt est commencé le traitement, plus rapide cette charge virale devient indétectable.

Quand une charge virale est indétectable depuis plus de six mois, le TasP suffit comme outil de protection. La personne séropositive ne peut alors pas transmettre le VIH. L’efficacité des traitements contre le VIH protège les personnes séropositives mais aussi celles qui sont séronégatives. D’où le slogan I=I (Indétectable = Intransmissible).

« Je contrôle le virus »

Avec une bonne observance du traitement, les personnes séropositives prennent le contrôle de leur corps mais aussi de leur vie. Cette observance se manifeste, aujourd’hui, dans l’immense majorité des cas, par la prise d’un seul comprimé par jour. Les personnes séropositives ont une « vie normale ». L’espérance de vie des séropositifs est la même que celle des séronégatifs. Ils ont même un contrôle plus fort de leur santé grâce aux visites régulières chez leur médecin. Et par là-même, ils ont la possibilité d’envisager leur vie future avec des projets sur le long terme.

« J’ai une sexualité comme les autres »

Avoir une charge virale indétectable empêche la transmission du VIH. Le TasP permet donc d’envisager une sexualité libre et personnelle. Elle libère complètement la personne séropositive des craintes liées à son statut sérologique. Elle donne confiance, elle ouvre des opportunités. Avec le TasP, les séropositifs reprennent en main leur santé sexuelle. La baisse de libido suite au diagnostic de VIH que certains séropositifs ont vécu peut naturellement disparaître. Et avec la reprise d’une activité sexuelle satisfaisante, c’est la possibilité aussi, pour certains, de vivre une nouvelle vie affective qui commence. 

« Je me fais, moi aussi, dépister des IST »

La charge virale indétectable ne protège que de la transmission du VIH. Avec une activité sexuelle retrouvée, le risque de contracter d’autres infections sexuellement transmissibles est réel. Même si la plupart des personnes séropositives font des analyses de détection des IST lors des visites médicales régulières de contrôle, il est recommandé d’effectuer un dépistage des autres IST tous les trois mois si vous avez plusieurs partenaires sexuels par an comme pour les personnes séronégatives au VIH. La plupart des IST se soignent très facilement avec un traitement approprié.

Plus d’infos  sur le TasP sur le site Sexosafe