Anne Pauly : « Dolly Parton a tout de l’icône gay ! »

Publié le

L'autrice de « Avant que j'oublie » est fascinée par cette chanteuse country et camp et Anne Pauly avait enquêté sur cette icône américaine qui fêtera ses 75 ans en janvier prochain pour un article fouillé publié par Brain Magazine en 2018.

Dolly Parton dans « C'est Noël chez nous », à partir du 22 novembre sur Netflix - Netflix
Article Prémium

Netflix diffuse dès le 22 novembre prochain C’est Noël chez nous (Christmas On The Square), une comédie musicale de Noël mettant à l’honneur Dolly Parton. Komitid a eu envie d’évoquer les atours queer et féministes de la star de la musique country avec Anne Pauly, autrice du très beau roman Avant que j’oublie (Prix du Livre Inter 2020). Anne Pauly avait enquêté sur cette icône américaine qui fêtera ses 75 ans en janvier prochain pour un article fouillé publié par Brain Magazine en 2018.

 

Komitid : Qu’est-ce qui vous a attiré dans la figure de Dolly Parton ? 

Anne Pauly : J’avais entendu une chanson ou vu une belle photo d’elle et je crois que j’étais dans un questionnement sur le clinquant dont on ne parle pas parce que Dolly Parton, c’est un peu la caricature de l’Amérique. Cela m’intéressait de comprendre comment on peut avoir l’air ringard et avoir tant de succès. J’avais une intuition de « campitude » absolue qui a été vérifié par les trois mois de recherches que j’ai faites pour le petit article que j’ai écrit pour Brain Magazine. J’ai tout lu ou pratiquement et même une thèse qui est depuis sortie en livre aux États-Unis ! Il y a une littérature très abondante et une présence médiatique incroyable. Elle a changé de manager quand elle est revenue à la country et il a su la repopulariser notamment avec des tweets ou des blagues sur les réseaux sociaux. J’aime beaucoup la chanson populaire et si ses titres sont un peu des bluettes, elles sont très élaborées dans la simplicité. La vraie question, c’est celle de la naissance d’une icône populaire. 

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous