Joe Biden critique la transphobie de Donald Trump

Publié le

Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Joe Biden a critiqué le silence de Donald Trump face aux violences commises envers la communauté trans.

joe biden
Le candidat démocrate Joe Biden en mai 2020 - Pix_Arena / Shutterstock

Joe Biden a été invité par la plateforme de streaming LGBT+ Revry pour participer au livestream « QueerX Live ! » à l’occasion de la Journée internationale du coming out, aux côtés de Jennifer Lopez, Angelica Ross et Karamo Brown. Le candidat démocrate à la présidentielle américaine a critiqué le bilan de Donald Trump en matière de droits LGBT+, en particulier ses attaques contre les personnes trans.

« Pendant quatre ans, Donald Trump a essayé de revenir sur les protections pour la communauté LGBT : refuser l’accès aux soins de santé, refuser aux Américains transgenres une chance de servir notre pays, laisser les agences d’adoption et les refuges pour sans-abri et autres services publics faire de la discrimination, [et] a fermé les yeux sur l’épidémie de violence contre les femmes transgenres de couleur », explique Joe Biden.

« La Maison Blanche ne devrait jamais être une source d’opposition, de peur ou d’oppression »

« Vous savez, la Maison Blanche ne devrait jamais être une source d’opposition, de peur ou d’oppression », ajoute-il. « Elle devrait être une source d’espoir, de courage moral et d’unification ».

« En tant que président, je vous promets que je vais compter sur le meilleur d’entre nous, pas sur le pire », assure Joe Biden. « Je serai un allié de la lumière, pas des ténèbres. C’est une période de réel péril, mais c’est aussi une période de possibilités extraordinaires ».

2020, année la plus meurtrière pour les personnes trans

Cette allocution intervient une semaine après que les États-Unis ont franchi un triste record : 2020 est l’année la plus meurtrière pour les personnes trans, en particulier les femmes trans noires. Human Rights Campaign recense 33 meurtres perpétrés envers des membres de la communauté trans. Le dernier, celui de Sara Blackwood à Indianapolis, a été commis le 11 octobre, le jour du livestream « QueerX Live ! ».

Depuis son arrivée au pouvoir, l’administration Trump s’est attaquée aux droits des personnes trans. Le président républicain leur a interdit de servir dans l’armée en juillet 2017. Le ministère du Logement et du Développement urbain a autorisé les refuges pour sans-abri à discriminer les personnes trans et refuser de les accueillir.

Selon Glaad, l’administration Trump a attaqué les personnes LGBT+ dans au moins 181 mesures politiques depuis l’entrée en fonction de Trump en janvier 2017, soit 1365 jours.

Le plan LGBTQ+ de Joe Biden et Kamala Harris mentionne un revirement du « trans military ban » de Trump et un rétablissement des protections pour les personnes LGBT+ sans-abri. « La haine et la discrimination contre les personnes LGBTQ+ ont commencé bien avant l’arrivée au pouvoir de Trump et Pence. Les vaincre ne résoudra pas le problème, mais c’est un premier pas essentiel pour reprendre notre marche vers l’égalité », écrit le candidat.

Le programme de Joe Biden prévoit également des politiques pour lutter contre les violences envers les femmes trans, en particulier les femmes trans de couleur. Le démocrate propose d’orienter les ressources fédérales pour aider à prévenir la violence anti-trans. Joe Biden compte adopter le LGBTQ Essential Data Act, une loi qui collecte des données sur cette violence, afin de pouvoir la prévenir.

Il compte mettre à jour les rapports supplémentaires sur les homicides du FBI pour inclure l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Cela permettrait aux forces de l’ordre de mieux mesurer l’étendue des violences commises à l’encontre des personnes LGBT+.