« Trouve-moi », la suite de « Appelle-moi par ton nom », vaut-elle qu'on s'y arrête ?

Publié le

Nouvelle page d’une success-story planétaire saluée par la critique littérature et cinématographique, la suite du best-seller « Appelle-moi par ton nom », « Trouve-moi », de l'auteur américain André Aciman, est habile, mais peut frustrer les fans.  

Couverture de « Trouve-moi », d'André Aciman (Grasset) - © Sigrid Estrada
Article Prémium

Aujourd'hui sort aux éditions Grasset Trouve-moi, la traduction française de Find Me, la suite de Call Me By Your Name, d'André Aciman. Pour celles et ceux qui auraient habité une autre planète en 2017 et seraient passés à côté du phénomène Appelle-moi par ton nom (Call Me By Your Name en anglais), une rapide piqûre de rappel.

Cette année-là, le réalisateur transalpin Luca Guadagnino signait un film tiré d’un roman de l’écrivain américain Aciman paru dix ans plus tôt sous le titre Plus tard ou jamais. Son pitch ? Une histoire simple et bientôt culte : celle de l’éveil amoureux d’Elio, un adolescent italien à l’été 1983.

De sa rencontre avec Oliver, athlétique doctorant de 24 ans convié dans la villa XVIIème de ses parents, naissaient très vite un trouble, une attirance. Rapprochés par la musique et la littérature, les deux garçons se cherchaient, se provoquaient, flirtaient avec des filles pour mieux s’aimer passionnément sous le soleil italien… 

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous