JK Rowling critiquée pour l'intrigue jugée transphobe de son nouveau livre

Publié le

Dans son prochain livre « Troubled Blood », JK Rowling met en scène un tueur en série cis qui se déguise en femme pour assassiner ses victimes. Cette intrigue a suscité de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux, en particulier par la communauté trans.

jk rowling
J.K. Rowling, écrivaine de la saga Harry Potter - Featureflash Photo Agency / Shutterstock

Troubled Blood est le prochain livre de JK Rowling, l’autrice de la saga Harry Potter. Écrit sous le pseudonyme de « Robert Galbraith », il s’agit du cinquième opus de sa série Les Enquêtes de Comoran Strike. Il sera publié au Royaume-Uni le 29 septembre prochain. L’intrigue du livre, qui vient d’être révélée, a suscité de vives réactions en ligne de la communauté LGBT+.

La première critique du livre, écrite par Jake Kerridge du Telegraph, explique que « l’essence du livre est l’enquête sur une affaire classée : la disparition de Margot Bamborough en 1974, qui aurait été victime de Dennis Creed, un tueur en série travesti ». « On se demande ce que les critiques de la position de Rowling sur les questions trans feront d’un livre dont la morale semble être : ne jamais faire confiance à un homme en robe », poursuit le critique littéraire.

Selon le site LGBT+ Them, le deuxième livre de la série, Le Ver à soie, a déjà été blâmé pour sa mauvaise représentation d’une femme trans, Pippa, jugée transphobe. Décrit comme « instable et agressif », le personnage tente de poignarder Comoran Strike. Après l’attaque, le protagoniste parvient à piéger Pippa dans son bureau, où sa transidentité et son deadname sont révélés. JK Rowling décrit longuement la pomme d’Adam et les mains de Pippa et Comoran Strike l’avertit que la prison « ne sera pas amusante pour vous (…) Pas pré-op ».

À la suite de la publication de la critique du Telegraph, de nombreuses personnes se sont indignées de l’intrigue de Troubled Blood.

« Elle me répugne, vraiment, on voit très bien ce qu’elle essaie de faire et ça me dégoûte », réagit une internaute.

« C’est fou à quel point le cliché du « serial killer travesti » est ancré alors que ça n’est… jamais arrivé ? À tel point que, dans une affaire célèbre, la police russe n’a pas réussi à attraper une tueuse parce qu’elle s’était convaincue qu’elle cherchait un travesti… », écrit une autre utilisatrice de Twitter.

La journaliste trans Paris Lees tweete : « Le nouveau livre de JK Rowling parle d’un « tueur en série travesti ». Pendant ce temps, dans le monde réel, le nombre de personnes trans tuées au Brésil a augmenté de 70 % l’année dernière, les jeunes femmes trans sont laissées à brûler dans les voitures et les hommes qui nous tuent (parce qu’on est trans) sont graciés et renvoyés chez eux ». « Les personnes trans, je suis désolée que nous devons continuer de voir ce genre de choses, je sais combien il est bouleversant, en particulier si vous avez vos propres problèmes (…) S’il vous plaît sachez que vous n’êtes pas seul et que vous valez tellement plus que la façon dont cette société nous traite », ajoute-t-elle.

« Les personnes transgenres seront toujours plus en danger autour des personnes cis que l’inverse. La plupart des personnes trans vivent aux ordres de leurs homologues cis. Donc, quand elles utilisent la transphobie comme une arme, ça fait mal. Très mal. Et les gens comme JK Rowling le savent », rappelle la youtubeuse Kat Blaque.