Le créateur de « Queer as Folk » attaque Disney+ sur le manque de représentation LGBT+

Publié le

Russell T Davies, le créateur de « Queer as Folk », a critiqué la faible quantité de contenu LGBT+ sur la plateforme Disney+. Il craint que le monopole de l'empire de Mickey soit néfaste pour la représentation LGBT+ à l'écran.

russell t davies queer as folk
Russell T. Davies - Tony Hassall / Commons

Russell T Davies, connu pour avoir créé des séries comme Queer as Folk ou Doctor Who, était invité pour l’édition virtuelle de l’Edinburg TV Festival. Le producteur s’est montré très critique envers la représentation LGBT+ dans les contenus offerts sur la plateforme Disney+.

« Je veux simplement dire que mon seul problème est la montée en puissance de Disney. J’adore les séries Disney, j’apprécie un film Disney, j’aime ces choses, mais c’est un géant. Disney+ a à peine un an et c’est déjà si vaste », déclare Russell T Davies dans des propos recueillis par Metro.

« En tant qu’homme gay, je suis assis là à dire : « Où est mon contenu ? »  »

« Ma grande inquiétude avec les énormes monolithes comme [Disney+] est que c’est axé sur la famille, c’est familial  ». « Disney est prêt à acheter toutes ces entreprises et continuera à les acheter, puis, en tant qu’homme gay, je suis assis là à dire : « Où est mon contenu ? »  », déplore-t-il.

« Lorsque Disney+ a été lancé, ils avaient 3 931 heures de divertissement, ce qui prend 23 semaines pour les regarder. Je pourrais regarder le contenu gay en une demi-heure et c’est vraiment important pour moi et ça me fait vraiment peur  ».

Russell T Davies a rappelé le développement houleux de Love, Victor. « Il y avait une série intitulée « Love, Victor », un spin-off télévisé du film « Love, Simon », qui est une série gay. Ils l’ont transférée à Hulu [une plus petite plateforme de streaming détenue par Disney]. Ils l’ont commandée et développée, puis ils l’ont déplacée ».

Pour le producteur, ce qui est arrivé à la série est «  un petit signe » pour l’avenir des contenus LGBT+ sur Disney+.

Russell T Davies reste cependant optimiste quant à la représentation LGBT+ proposée par des productions hébergées sur d’autres plateformes.

« Je parle de streaming, mais je parle aussi de productions HBO et BBC. « I May Destroy You », je la considère comme le plus grand morceau scénario que j’ai vu de ma vie, je pense que c’est vraiment, vraiment phénoménal », s’exclame le producteur. « De mon point de vue, je recherche du matériel gay, comme « Stranger Things », quel super personnage lesbien dans la dernière série, c’est vraiment formidable  ».