Pour la Journée internationale des droits des femmes, on a testé le jeu « Bad Bitches Only »

Publié le

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Komitid a essayé le jeu « Bad Bitches Only » de la société Gender Games.

jeu Bad Bitches Only
Le jeu "Bad Bitches Only" - Gender Games

La société Gender Games, créée par Inès Slim début 2019, décrit son jeu Bad Bitches Only comme un « jeu de société féministe pour lutter contre les stéréotypes  ».

Le mode de fonctionnement de Bad Bitches Only est très simple. Il reprend les codes du Time’s Up et autres jeux de charades classiques. Dans un temps imparti, il faut faire deviner le maximum de noms possibles à son ou sa partenaire de jeu.

Des cartes dédiées aux femmes et aux minorités de genre

L’originalité se trouve dans le contenu des 245 cartes : toutes les personnalités sont des femmes, des personnes trans ou non binaires qui ont marqué l’histoire. Cinq cartes vierges sont également incluses pour que les joueur.euse.s puissent ajouter les personnalités de leur choix. Parmi les noms, on retrouve des figures connues comme Eleanor Roosevelt, Malala Yousafzai, Barbara, Virginie Despentes ou Nefertiti.

Le jeu contient également des personnes invisibilisées comme Marina Abramovic (une artiste performeuse serbe qui faisait partie du courant de l’art corporel), Jocelyn Bell (une astrophysicienne britannique qui a découvert le premier pulsar) ou encore Ching Shih (une pirate cantonaise à la tête d’une des flottes les plus puissantes de l’histoire).

Contrairement à beaucoup de jeux de société, les règles du jeu de Bad Bitches Only sont très flexibles. Les joueur.euse.s décident s’ils et elles veulent jouer en équipe ou non, en combien de tours se jouent les manches et peuvent passer autant de cartes qu’ils et elles le souhaitent. Le jeu peut également être corsé : on peut faire aussi deviner les noms par un seul mot, des mimes ou des dessins.

Une seule règle est imposée : il est interdit de dire « c’est la fille de/femme de/sœur de » pour faire deviner à son adversaire, sinon on doit passer son tour !

Bad Bitches Only, un jeu pour lutter contre l’invisibilité des femmes

Inès Slim a créé ce jeu pour lutter contre la sous-représentation des femmes et des minorités de genres. Ce jeu permet d’en apprendre plus sur la vie des personnalités que l’on connaissait — ou non — au préalable.

Un livret, le « Bad Dico », est inclus dans le jeu pour apporter des précisions sur les accomplissements de ces figures féministes. Le jeu devient plus facile au fur et à mesure des parties, puisqu’en lisant le « Bad Dico », tou.te.s les joueur.euse.s se renseignent sur de nouvelles personnalités.

Gender Games a également sorti deux extensions de 80 cartes chacune pour ce jeu : « Feminist Warriors  » et « Queer Icons ».

Centre de préférences de confidentialité