L'orientation sexuelle supprimée des directives anti-discrimination du ministère de l'Intérieur américain

Publié le

Le ministère de l’Intérieur américain a supprimé la mention d’orientation sexuelle dans ses directives anti-discrimination, ce qui contredit des raisonnements de la Cour Suprême.

ministere de l'interieur americain
Le ministère de l'Intérieur américain - bakdc / Shutterstock

Dans le guide d’éthique concernant la discrimination au travail, le ministère de l’Intérieur du président Donald Trump a supprimé la mention « d’orientation sexuelle ».

Disparition de la mention « d’orientation sexuelle »

Depuis 2017, le 13ème principe de comportement éthique est : « Vous devez respecter toutes les lois et réglementations qui offrent des chances égales à tous les Américains, indépendamment de la race, de la couleur, de la religion, du sexe, de l’âge ou du handicap ». Dans la version précédente datant de 2009, on pouvait lire « race, couleur, religion, sexe, orientation sexuelle, âge ou handicap ».

L’expression a aussi été enlevée dans une lettre envoyée au personnel en 2017 par le vice-secrétaire à l’Intérieur de l’époque, David Bernhardt, lors de son premier jour.

Interrogée le 27 décembre par le HuffPost, Carol Danko, la porte-parole du ministère, plaide une simple clarification de langage. « Selon la Commission pour l’égalité des chances en matière d’emploi, sous le titre VII, le terme « sexe » comprend le sexe, l’identité de genre, le statut transgenre, l’orientation sexuelle et la grossesse » écrit-elle dans un mail, en se référant au Civil Rights Act de 1964, qui interdit la discrimination fondée sur la race, la religion et le sexe et s’étend aux travailleurs LGBT+.

Carol Danko affirme « sous la direction du ministre Bernhardt, le ministère de l’Intérieur a une politique de tolérance zéro pour la discrimination ou le harcèlement de toute nature ». « Nos politiques internes ont été reformulées de façon plus large pour capturer explicitement les comportements inappropriés au-delà des normes légales de harcèlement et de discrimination telles que l’appartenance politique, l’orientation sexuelle, l’état matrimonial, l’origine nationale et le statut de parent » ajoute-t-elle.

Contraire au raisonnement de l’administration Trump

Si la réponse de la porte-parole n’est pas fausse, elle contredit le raisonnement de l’administration Trump dans plusieurs affaires de la Cour Suprême liées aux droits LGBT+.

En août dernier, le ministère de la Justice avait demandé aux juges de créer un précédent juridique, afin de pouvoir licencier les personnes trans en toute légalité. Il avait fait valoir que le titre VII du Civil Rights Act ne protège que des cas de discrimination fondée sur le sexe biologique du requérant.