Que faut-il retenir de l’audition des associations pro-PMA à l’Assemblée nationale ?

Publié le

Associations et collectifs d’associations LGBT + et pro-PMA ont été auditionnées mardi à l’Assemblée nationale dans le cadre de la révision des lois bioéthiques. Interrogées par Komitid, elles pointent la qualité des échanges même si elles s’inquiètent d’une loi a minima.

Audition des associations LGBT+ et pro-PMA le 27 août, à l'Assemblée nationale - Capture d'écran
Article Prémium

Enfin. Sept ans après l’élection de François Hollande, deux ans après celle d’Emmanuel Macron, la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour tous.tes semble sur le point de devenir réalité. Les parlementaires membres de la commission spéciale chargée du projet de révision des lois bioéthiques ont reçu mardi 27 août au matin les associations LGBT+ et pro-PMA. Au programme : filiation, reconnaissance des parents sociaux ou encore intégration des personnes trans et intersexes dans le dispositif législatif… Les auditions se poursuivront jusqu’au 9 septembre avant un examen de la loi à partir du 14 septembre. Komitid a recueilli les témoignages de plusieurs intervenant.e.s à ces auditions très attendues.

 

Des débats sereins

« J’ai trouvé les débats d’une qualité nettement supérieure à ceux que nous avions eu lors du mariage pour tous », confie Dominique Boren, présent mardi au nom de l’Association des parents et futurs Parents Gays et Lesbiens (APGL) et du Collectif PMA. Même son de cloche pour le planning Familial et les Enfants d'Arc-en-Ciel, deux autres associations auditionnées.

« Ce n’était pas un débat pseudo-sociologique sur nos familles mais bien des échanges constructifs, » abonde de son côté Laurène Chesnel de l’Inter-LGBT. « Les parlementaires étaient intéressé.e.s, posaient des questions pertinentes sur des points concrets », précise-t-elle.

L'enjeu de la filiation

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?<

Identifiez-vous

  • phil86

    Le conformisme des lgbt n’empêchera pas l’homophobie on le voit bien les actes homophobes perdurent malgré le mariage. Se marier avoir des gosses divorcer se déchirer en prenant les gosses en otage eh bien désolé je ne vois pas là de progrès !