Asile : Moussa obtient enfin son statut de réfugié après plus d'un an de procédures

Publié le

Menacé d'expulsion après s'être vu refusé une première fois sa demande d'asile, Moussa, originaire de Guinée, a obtenu le soutien des associations dont AIDES et l'ARDHIS, qui saluent une grande victoire. Retour sur une affaire très médiatisée.

Après une forte mobilisation, Moussa obtient son statut de réfugié après plus d’un an de procédures
Rassemblement de soutien à Moussa à Paris le 3 mai 2018 - Antoine Henry Aides
Article Prémium

Moussa est enfin sous la protection de la France ! Ce jeune guinéen de 29 ans, un temps bénévole à Aides, vient d'obtenir son statut de réfugié, ce qui lui permet de rester librement en France. Cette décision est l'aboutissement heureux de longs mois de mobilisation pour sauver Moussa d'une expulsion vers son pays, avec tous les risques vitaux que cela lui aurait fait courir. Dans un communiqué publié le 2 juillet, l'association Aides précise que le combat pour Moussa a duré plus de 466 jours.

Retour sur une affaire qui illustre le parcours du combattant des personnes LGBT fuyant leur pays et demandant l'asile en France.

C'est fin avril 2018 que le sort de Moussa commence  à être médiatisé localement, à Nîmes, où il était bénévole pour l'association Aides et où il résidait depuis son arrivée en France en 2015 avec un visa l'autorisant à travailler. C'est quand son visa a expiré que Moussa, 28 ans, a introduit une demande d'asile, stipulant notamment qu'il était bisexuel et qu'il ne pouvait pas retourner dans son pays où l'homosexualité est réprimée. Mais cette demande avait été rejetée. Retenu dans un centre de rétention administrative (Cra), il risquait alors l'expulsion. Un premier rassemblement a lieu devant la préfecture le 26 avril, puis un autre le 29 avril.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous