Mais pourquoi l’Eurovision a-t-elle un tel succès auprès des gays ?

Publié le

On l’a dit kitsch, bas de gamme, démodé. Les hommes homos ne l’ont jamais abandonné. Mais pourquoi aiment-ils tant le concours de l’Eurovision ?

eurovision rainbow
Une marée de drapeaux arc-en-ciel pendant la performance de la candidature russe Polina Gagarina en 2015 - Eurovision
Article Prémium

Si dans certains pays, comme l’Islande ou la Suède, la finale de l’Eurovision fait un carton total, dans beaucoup d’autres le succès du concours de chansons est plus raisonnable. En France, l’an dernier, le concours a attiré cinq millions de téléspectateurs et téléspectatrices. Cela en fait du monde. Et conformément au cliché, les gays semblent surreprésentés. « La finale de l’Eurovision est vue par 200 millions de personnes », explique Fabien Randanne, journaliste qui couvre le concours pour le quotidien 20 minutes. « Cela brasse très large ! Il n’y a donc pas que des LGBT qui la regarde mais c’est sûr que sur les réseaux sociaux et dans les fans clubs, on retrouve majoritairement des hommes homos. »

Le désamour

Si certains gays sont les premiers fans de l’Eurovision, c’est aussi que les hétéros se sont détourné.es du concours ces dernières années. Pour Fabien Randanne, ce désamour a plusieurs raisons, la première étant que le concours a connu un passage à vide. « Il y a une quinzaine d'années, l’Eurovision souffrait d’une forme d'amateurisme, les mises en scène n’étaient pas très abouties », rappelle-t-il. Cette période est révolue. « Depuis le début de cette décennie 2010, l’Eurovision est devenu un grand show, une hyperproduction avec des numéros de qualité. Les gens qui trouvent que l’Eurovision est ringard ne l'ont probablement pas vu depuis longtemps. »

« Les gens qui trouvent que l’Eurovision est ringard ne l'ont probablement pas vu depuis longtemps. »

Les résultats décevants de la France ces dernières années n’ont pas vraiment permis de redorer le blason du concours. « On observe ça dans plein de pays », tempère toutefois Fabien Randanne. « Dès qu'il y a la gagne, les gens s'intéressent aux concours. » Il suffit que la ou le candidat.e français.e fasse un meilleur score que d’habitude pour que le public français s’y intéresse à nouveau. « Quand Amir, le candidat français en 2016, a obtenu la sixième place, la perception des gens a changé », continue-t-il.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • petitcesar

    on peut tout de même regretter que depuis 1999, on puisse chanter dans la langue de son choix, et plus dans la ou une des langues du pays. Adieu l’exotisme, la culture riche de l’Europe! et hop! 75% de chansons en anglais. même le candidat français y a collé des paroles dans la langue des Spice Girls. ouiiiiii, c’est vrai, il s’est formidablement bien débrouillé, contrairement à une star internationale qu’on ne nommera pas, mais ça me chagrine de voir ce côté essentiel de ce concours laissé de côté. on est plus proche de « l’anglovision » qu’autre chose.

  • bear7712

    et c est le moment d avoir une pensé pour Jean-Claude Pascal le premier chanteur Gay a gagner l’Eurovision 1961 pour le Luxembourg avec une chanson toutes en subtilités Nous les amoureux il étais dans le placard, a cette époque il étais impossible de vivre sont homosexualité au grand jour méme pour un chanteur mais quel beau pied de nez a toutes les ligues de vertu de l’époque et quel joie dans le coeur de tout ceux qui s’avais décrypté les paroles d’entendre a la radio et télévision une chanson qui s’adressais a eux qui devais caché leurs amours. Oui depuis le début l’Eurovision parle aux Gay