Bilal Hassani à l’Eurovision : quelles sont ses chances de victoire ?

Publié le

Après sa victoire écrasante à « Destination Eurovision », Bilal Hassani a quatre mois pour se préparer au plus grand concours mondial de la chanson. Komitid a demandé à Fabien Randanne, journaliste médias pour le quotidien 20 Minutes, les raisons du succès du jeune chanteur queer de 19 ans.

Bilal Hassani représentera la France au concours de l'Eurovision - DR
Bilal Hassani représentera la France au concours de l'Eurovision - DR
Article Prémium

Après la victoire samedi 26 janvier de Bilal Hassani lors de la finale de l’émission Destination Eurovision, il faudra attendre le 18 mai pour savoir si son Roi aura enfin détrôné la « reine » Marie Myriam, dernière gagnante de ce concours pour la France avec L’Oiseau et l’enfant en … 1977. Pour évaluer les chances de Bilal Hassani à ce stade, Komitid a rencontré Fabien Randanne, journaliste médias pour le quotidien 20 Minutes qui suit de près le concours de l’Eurovision et en connait toutes les subtilités. Avis d’expert.

Komitid : Bilal Hassani était parmi les favoris mais sa victoire in-extremis vous a-t-elle surpris ?

Fabien Randanne : S’il y a 15 jours, on m’avait dit que ce serait lui le gagnant de Destination Eurovision, j’aurais répondu que ce n’était pas une surprise puisqu’il a remporté sa demi-finale en étant premier des votes du public et premier des votes des jurys internationaux et qu’il a eu une grosse couverture médiatique. Il faisait partie des favoris avec notamment la chanteuse Seemone. Ce qui a été une surprise, c’est le scénario qui s’est joué samedi dernier. Bilal était très en retard à l’issue du vote des jurys internationaux avec 44 points de moins que Seemone, il était cinquième. Et là, retournement de situation, il prend 150 points du côté du vote des téléspectateurs, ce qui est énorme puisque ça représente à peu près 35 %, plus d’un tiers des votes. Il a fait plus du double de Chimène Badi, arrivée seconde de ce vote.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.