Esprit de sororité et bulle de « génie lesbien » à Kiev : on vous raconte la 2ème édition de l'European Lesbian* Conference

Publié le

Du 11 au 14 avril, quelques centaines de femmes sont venues à Kiev de toute l'Europe pour assister à la seconde édition de la Conférence lesbienne* européenne. Rencontre avec des participantes galvanisées par cet événement particulièrement puissant.

kiev european lesbian conference
Les participantes de la 2ème édition de la Conférence lesbienne européenne, réunies à Kiev du 11 au 14 avril 2019 - EL*C
Article Prémium

Le « génie lesbien ». C'est dans cet esprit plein d'audace que s'est tenu pendant quatre jours en Ukraine la deuxième édition de la Conférence lesbienne* européenne (EL*C). Dans la lignée du premier événement qui avait eu lieu en 2016 à Vienne, quelques centaines d'activistes ont fait le chemin de toute l'Europe — et au-delà – pour se réunir avec la volonté de se rencontrer, d'échanger et de bâtir un réseau lesbien pour trouver des moyens de lutte communs et des ressources contre les discriminations qui touchent les femmes LBTQ et pour promouvoir la visibilité lesbienne.

Un esprit de communion et d'empowerment vibre dans l'air dès que l'on franchit les portes de ce grand hôtel de Kiev où se tient l'événement. Tout autour des agents de sécurité veillent au grain et garantissent la sûreté de nos allers et venues. Même si les regards peuvent être pesants voire carrément hostiles, leur présence est indispensable : la veille de l'ouverture de la conférence, l'hôtel a été vandalisé, puis jeudi en fin de journée, des militants d'extrême-droite ont manifesté devant l'entrée, tentant de forcer l'entrée pour empêcher la tenue de l'événement.

« Ils sont venus manifester car ils étaient terrifiés par ces féroces gouines. Ils avaient bien raison. Les lesbiennes sont là pour exploser le patriarcat. »

Le lendemain matin, ce sont des femmes qui sont venues faire acte de présence – de façon moins brutale – contre la tenue de la Conférence lesbienne* européenne tenant des pancartes « La famille est l'union d'un homme et d'une femme » et « Respectez nos valeurs morales ». Autre ambiance après les « Brûlez en enfer sodomites », mais même violence. Mais comme l'a rappelé Evgenia Giakoumopoulou, membre du comité de la Conférence lesbienne* européenne, ces opposant.e.s ont toutes les raisons de nous craindre : « Ils sont venus manifester car ils étaient terrifiés par ces féroces gouines. Ils avaient bien raison. Les lesbiennes sont là pour exploser le patriarcat. »

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.