« Upon The Shadow », sur les combats LGBT+ en Tunisie et « Love, Cecil » ou le destin du photographe Cecil Beaton, deux docs à voir en salles

Publié le

De factures très différentes, ces documentaires sont deux facettes de l'histoire LGBT+, contemporaine avec « Upon The Shadow », et du siècle dernier avec « Love, Cecil ».

Autoportrait de Cecil Beaton - Dean Medias
Autoportrait de Cecil Beaton - Dean Medias
Article Prémium

Upon The Shadow et Love, Cecil sont deux documentaires très différents l’un politique, l’un biographique, à découvrir en salles depuis mercredi dernier. Le premier suit un petit groupe de personnes queer réfugiées chez Amina, féministe et militante des droits LGBT+ en Tunisie, le second s’intéresse au parcours intime et artistique du photographe anglais Cecil Beaton qui exerça son art dans de multiples domaines, son talent l’ayant mené jusqu’à Hollywood en plein âge d’or.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous