« Poudre de perlimpinpin » ou réelle opportunité ? : les associations LGBT+ font le bilan du grand débat national

Publié le

Le grand débat vient de s'achever et on attend les annonces d'Emmanuel Macron. Les associations LGBT+ ont-elles été absentes ou au contraire réactives ? Sept d'entre elles ont répondu à Komitid sur ce qu'elles pensaient de cette consultation et ce qu'elles en attendent.

Arthimedes / Shutterstock
Arthimedes / Shutterstock
Article Prémium

Le grand débat s'est achevé. « Enfin ! », diront certain.e.s. Lundi 8 avril, le Premier ministre Édouard Philippe en a présenté les grandes tendances mais on attend désormais les annonces d'Emmanuel Macron, qui a prévu de s'exprimer à 20 heures, lundi 15 avril, à la télévision.

Lancées deux mois après le début du mouvement des « Gilets jaunes », dont les principales revendications concernent essentiellement le pouvoir d’achat, les discussions du grand débat national ont porté sur quatre thèmes définis à l'avance : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Les revendications LGBT+ n'étaient pas contenues dans ces thèmes, mais comme Komitid l'a montré récemment, les questions relatives aux personnes LGBT+ n'ont pas été absentes des contributions.

Les associations LGBT+ se sont-elles impliquées dans le grand débat ? C'est la question que nous avions posé à une trentaine d'entre elles en janvier dernier, au moyen d'un questionnaire.

Komitid a de nouveau contacté les associations, et sept d'entre elles nous ont répondu sur leur participation ou non au grand débat, sur les contributions formulées et sur ce qu'elles en attendent désormais.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.