3 questions à Loïc, créateur du compte Instagram « Personnes Racisées Vs Grindr »

Publié le

« Si le racisme arrive à s'installer dans des choses aussi intimes que les relations sexuelles, il est obligatoirement dans tout le reste de la société. »

personnes racisees vs grindr
Grindr - Rafapress

On ne peut pas faire un nom plus explicite que celui de ce compte Instagram : Personnes Racisées Vs Grindr. Fin 2018, ce petit nouveau a jailli sur le réseau social avec pour but de montrer et de dénoncer le racisme, la fétichisation et l’hypersexualisation des personnes racisées sur les applis de rencontres gays.

Derrière ce compte on trouve Loïc*, qui préfère garder l’anonymat. L’homme a tout de même accepté de répondre à quelques questions pour expliquer la nécessité de compiler ces bribes de conversation qui prouvent que, même dans la communauté gay et même dans des contextes de drague, des clichés racistes sont entretenus.

Komitid : Comment est venue l’idée de dénoncer via un compte Instagram le racisme et la fétichisation sur les applis de rencontres gays ?

Loïc : Je me suis toujours intéressé à la question de la fétichisation des personnes racisées. Je suis concerné et je la subis. Un jour, je sortais d’un rendez-vous et en ouvrant Grindr j’ai reçu un message : « Bonjour cherche bite de noir  ». Ça a été un déclencheur. À l’époque, je suivais un compte Instagram qui s’appelle Femmes noires VS Dating apps. C’est un compte sur la fétichisation et la négrophobie que subissent les femmes noires sur les différents sites de rencontres.

Dès que j’ai commencé Personnes Racisées Vs Grindr, des personnes m’ont envoyé des screens de leurs conversations spontanément, alors que je n’avais fait aucune demande. Ça s’est fait tout seul, comme une nécessité pour les personnes de partager ce qu’elles ont vécu pour que ce soit relayé et visible.

L’audience augmente, mais c’est à double tranchant. Le compte Femmes noires VS Dating apps a été suspendu par Instagram, de mon côté, certains posts ont été signalés et supprimés. Je ne suis pas trop harcelé, mais je reçois beaucoup de messages de white tears, des personnes blanches qui demandent à ce que je leur explique pourquoi c’est raciste. Elles attendent de moi que je leur explique le pourquoi du comment, alors que je suis plutôt clair dans ce que je dis. Si on ne comprend pas la violence des photos que je poste, je ne peux rien faire pour ces personnes là. Je ne veux pas expliquer encore et faire un double travail.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Votre racisme puant, vos imaginaires coloniaux, vos propos immondes nous fatiguent !

Une publication partagée par Personnes Racisées Vs Grindr (@pracisees_vs_grindr) le

Avec ce compte Instagram, vous mettez le doigt sur un phénomène qui est régulièrement dénoncé, mais qui reste trop peu audible. Avez-vous été surpris de l’ampleur du racisme dans la communauté gay ?

C’est fou comme on n’en parle pas, comme on le construit comme des « préférences ». Même moi, j’ai été surpris de l’ampleur de la chose. J’ai lu des messages, des témoignages que je n’ai pas forcément postés, c’est de la folie. J’aime beaucoup passé par le prisme des « préférences  », des « désirs », des «  fantasmes », pour révéler des choses. Si le racisme arrive à s’installer dans des choses aussi intimes que les relations sexuelles, il est obligatoirement dans tout le reste de la société.

S’il est dans les relations sexuelles, s’il est dans les critères de beauté, il est aussi dans qui on met sur les plateaux, dans les journalistes, il est reproduit socialement. S’il est là, il est partout. Ce compte, c’est une belle manière de casser les discours de dénégation, comme quoi on est colorblind (l’idée qu’on ne peut pas être raciste parce qu’on affirme qu’on ne voit pas la couleur de peau, ndlr), qu’on est tous humains, tous beaux et gentils.

Quels retours avez-vous ?

Si je n’avais pas de retours positifs, je ne continuerai pas. J’ai des personnes blanches qui grâce à mon compte ont compris, ont déconstruit pas mal de choses. Le message que j’apprécie le plus, ce sont des personnes racisées, queers pour la plupart, qui me remercient parce qu’elles se sentent moins seules.

Il y a un message qui m’a particulièrement touché, où une personne me disait « ton compte est un refuge ». Je ne pensais pas avoir un tel impact sur les personnes qui m’entourent. Ça crée du soutien, une sorte de communauté où on partage les mêmes traumas, les mêmes violences, les mêmes expériences.

*Le nom a été modifié. Article édité par Maëlle Le Corre.

  • arnosa

    Je ne vois rien sur l’inverse « black for black » « rebeu only pour rebeu », tres presents aussi sur Grindr. Pour etre complet il faudrait parler de l’ensemble du phénomène, merci