ß

Le 10 mars 1971, le « Stonewall français » en direct à la radio

Publié le

Il y a 48 ans, un groupe de femmes et d’hommes interrompent l’émission de radio de Ménie Grégoire, « Allô Ménie », et créent le Fhar, puis les Gouines Rouges. Une date fondatrice, mais méconnue, du mouvement LGBT+ français.

Le groupe célèbre l'action devant la salle Pleyel. © Catherine Deudon / Bibliothèque Marguerite Durand / Roger-Viollet
Le groupe célèbre l'action devant la salle Pleyel. © Catherine Deudon / Bibliothèque Marguerite Durand / Roger-Viollet
Article Prémium

C’est sans aucun doute un moment pivot dans l’histoire du mouvement LGBT+ français. Le 10 mars 1971, un groupe de femmes et d’hommes interrompt la diffusion de l’émission de RTL Allô Ménie, consacrée ce jour-là à l’homosexualité.

Contrairement à ce que dit la légende, l’émission n’était pas intitulée « L’homosexualité, ce douloureux problème ». Cette expression, passée à la postérité - souvent pour la détourner - était en revanche utilisée pour faire la promotion de l’émission avant sa diffusion. L’animatrice Ménie Grégoire, décédée en août 2014, a animé son émission très populaire Allô Ménie sur RTL de 1967 à 1981. Avec l’aide d’un médecin, elle conseillait les auditrices et les auditeurs sur les problèmes de couple et de sexualité. Ce 10 mars, elle invite André Baudry, fondateur et président de l’association et de la revue Arcadie, ainsi qu'un prêtre et un psychanalyste, convaincu que l’homosexualité est « réversible ».

L’émission se déroule en public. Dans la salle, un groupe, principalement composé de féministes, certaines lesbiennes, et de quelques hommes, est venu faire un coup.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.