Inclusives et exubérantes, les soirées « Drag Me » décloisonnent la culture drag à la Mutinerie

Publié le

Depuis quelques mois, les soirées « Drag Me » enflamment le lieu queer et féministe La Mutinerie. Reportage et interviews des drag queens qui organisent ce show.

drag me mutinerie
Jerrie FK en pleine performance lors de la soirée Drag Me à la Mutinerie - Fabien Jannic-Cherbonnel
Article Prémium

En une ondulation de hanches et un jeté de regard, Jerrie FK conclut sa prestation, suivie d'un tonnerre d’applaudissements. Fascinante dans sa robe rouge à sequins, la queen vient de livrer un impeccable lip-sync (le fait de faire correspondre le mouvement de ses lèvres à un enregistrement des paroles) d’un dialogue du film Qui veut la peau de Roger Rabbit. Sa Jessica Rabbit est fabuleuse en amante glamour et effrontée, avec ses moues lascives et son brushing orange. Ce soir, nous sommes à la 20ème édition des soirées Drag Me à la Mutinerie.

Public divers

Dans cette chaleur moite, le plafond de ce lieu parisien « féministe, par et pour les meufs, gouines, bies, trans', queers » semble plus bas que d’habitude. Le public est survolté et crie à chaque pas de danse langoureux. Avant Jerrie FK, il y a eu Meduza, son style brillamment agressif et sa démarche chaloupée embellie par un corset, mais aussi Sativa Blaze, maîtresse de cérémonie et magnifique elfe blanc qui carbure au vodka-Redbull.

Un verre de « Moscow mouille » (cocktail signature de la maison) et une pinte à la main, Suzanne se plaint gentiment du monde qu’il y a, en se frayant tant bien que mal un chemin à travers la foule bigarrée du bar. On lui concède ce point en rigolant. C’est l’entracte. « Je suis déjà venue quelques fois ici pour boire un verre ou participer à un atelier d’autodéfense féministe, mais c’est mon premier drag show et je ne suis pas déçue du voyage ! », se réjouit la jeune femme de 22 ans.

Medusa performe à la Mutinerie - Emilie Laystary

Medusa performe à la Mutinerie - Emilie Laystary

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.