« Les Moissonneurs », une relation trouble entre deux ados dans l’Afrique du Sud blanche et religieuse

Publié le

Lauréat du Grand Prix de la dernière édition du festival Chéries-Chéris de Paris, « Les Moissonneurs » raconté pour Komitid par son réalisateur, le Sud-Africain Etienne Kallos.

Alex Van Dyck (Pieter) et Brent Vermeulen (Janno) dans » Les Moissonneurs », d'Etienne Kallos
Alex Van Dyck (Pieter) et Brent Vermeulen (Janno) dans » Les Moissonneurs », d'Etienne Kallos - DR
Article Prémium

Janno est un ado en plein questionnement identitaire au sein d’une famille de fermiers afrikaners dans la province de Free State, dernier bastion blanc, isolé et très religieux de la nation arc-en-ciel.

Lauréat du Grand Prix de la dernière édition du festival Chéries-Chéris de Paris, Les Moissonneurs, du sud-africain Etienne Kallos sort en salles aujourd’hui, un film à la fois doux et sombre, intimiste et politique. Nous avons rencontré le réalisateur pour évoquer cette histoire de lutte pour le pouvoir et l’amour entre deux ados au sein d’une famille très religieuse qui se déroule sur les terres de la communauté blanche sud-africaine des Afrikaners qui l’ont vu grandir.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous