ß

« Ma vie avec James Dean » : une fantaisie queer au Tréport

Publié le

Avec sa troupe de comédiens et comédiennes et ses personnages en forme de mosaïque et ses couleurs à la Demy, Dominique Choisy vise juste sans jamais se la raconter. Coup de cœur de ce début d’année !

« Ma vie avec James Dean », de Dominique Choisy -
« Ma vie avec James Dean », de Dominique Choisy - Optimales Films
Article Prémium

La fantaisie au cinéma est une denrée de plus en plus rare que seul.e.s quelques auteur.trice.s prennent à bras le corps, bien souvent en dehors des grands circuits de production. Dominique Choisy est de ceux-là et son film Ma vie avec James Dean est un feu d’artifice de fantaisie queer.

L’aventure peut parfois prendre des allures inédites. Ici ce sera un car pour Le Tréport. Invité par l’association Les Écrans de la côte pour présenter son film Ma Vie avec James Dean, le jeune réalisateur Géraud Champreux en descend, lesté de son portable par un sale gosse. Le réalisateur Dominique Choisy n’a pas été cherché très loin cette idée de départ, lui qui venait d’assurer une longue tournée Province pour son film précédent : « J’ai accompagné Les Fraises des bois en tournée pendant très longtemps et pas mal de choses m’arrivait pendant que je traversais la France. Je me disais c’est incroyable mais rien de cela n’est dans le film, je me suis juste permis d’inventer à partir de cela ce qui pourrait arriver d’incroyable à Géraud, mon personnage. J’utilise des choses qui se passent dans ma réalité et, pendant le travail d’écriture, je le transmute. Si c’est pour décrire exactement ce qui est arrivé, littéralement, cela ne m’amuserait pas beaucoup, je préfère laisser galoper les choses ».

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.
  • phil86

    J’aimerais beaucoup voir ce film hélas il n’a pas l’air bien distribué il ne passe pas à Poitiers