Komitid change et la rédaction vous dit pourquoi

Publié le

En 2019, Komitid change ! Neuf mois après son lancement officiel et plus de 1 600 articles publiés, l'équipe de rédaction a souhaité vous informer des orientations prises par ce média qui décrypte et analyse l'actualité LGBT+.

komitid-change-media-lgbt
Komitid a pris note de tout vos désirs et change pour 2019 - Kyle Glenn / Unsplash

Komitid change. Le changement, c’est d’abord une équipe qui voit ses prérogatives évoluer. Maëlle Le Corre, qui est de l’aventure Komitid depuis les premiers jours et qui a construit l’offre éditoriale avec Jean-Benoit Richard, est désormais Rédactrice en chef adjointe. Chaque journaliste s’est vu attribuer des champs d’investigation et d’information en fonction de ses centres d’intérêt et sa compétence propre. Maëlle Le Corre est aussi Cheffe de rubrique Vidéos, Olga Volfson Cheffe de rubrique Représentations. Fabien Jannic-Cherbonnel devient Chef de rubrique International et Philippe Peyre Chef de rubrique Familles et Politique. Cela ne signifie pas que l’équipe ne traitera pas d’autres sujets, mais cette spécialisation correspond à la nouvelle direction que nous souhaitons prendre.

Prendre de la distance

Quelle est-elle ? Comme nous ne cessons de le répéter, l’information a un coût. Depuis plusieurs années, les réseaux sociaux ont imposé le rythme et influencent la ligne éditoriale des médias. « Pour faire du clic », les sites d’actualité courent souvent après la même info, de préférence polémique ou sensationnelle. Ce flot continu de posts est le propre des réseaux sociaux et l’immédiateté peut avoir du bon en terme de partage d’infos et de possibilité de commentaires.

Mais les médias et leurs journalistes ont un rôle à jouer sensiblement différent. La politique, les phénomènes de société, les faits divers, la culture nécessitent de prendre de la distance, de privilégier la réflexion et l’analyse, de recouper ses sources et de prendre le temps de décrypter les news. C’est encore plus vrai dans une petite rédaction qui compte cinq journalistes et dont la ligne éditoriale s’appuie aussi sur un engagement : celui de traiter des sujets moins abordés par les médias généralistes. C’est pour cela que Komitid a décidé de consacrer l’essentiel de son contenu à des articles payants, tout en veillant à maintenir une ouverture avec des articles en accès libre, dont nos éditos, nos dites-le fort et nos vidéos.

Ce n’est qu’un début

Depuis mai 2018, Komitid a su trouver sa place et vous êtes déjà des dizaines de milliers à nous lire, y compris sur les réseaux sociaux. Cependant, le site ne pourra pas trouver son équilibre financier si le nombre d’abonné.e.s n’augmente pas significativement. Une démarche que nous encourageons notamment grâce à l’offre découverte, à 1€ le premier mois. Komitid va continuer bien sûr de traiter l’actualité mais avec son propre éclairage.

Autre changement. Lors du sondage réalisé en novembre dernier de vous qui nous lisez, vous avez exprimé votre envie de voir certains sujets traités plus régulièrement sur Komitid. Vous allez très prochainement pouvoir lire de nouvelles chroniques dédiées à des thématiques comme l’histoire LGBT+, la sexualité ou encore la BD… Et la liste n’est pas exhaustive ! Et ce toujours avec la même exigence : veiller à représenter les communautés LGBT+ dans toutes leurs diversités. Et ce n’est qu’un début.

Enfin, travailler pour un média traitant jour après jour des thématiques LGBT+ nécessite aussi de rappeler certains fondamentaux. Aujourd’hui en France, des discriminations perdurent, des actes de haine LGBTphobes font régulièrement l’actualité, les personnes racisées et LGBT+ sont confrontées à une double discrimination. Un chiffre nous semble parlant : en 2010, selon un sondage de l’Autre Cercle, 67 % des personnes gays, bisexuelles, lesbiennes, trans, intersexes et queer ne souhaitaient pas être visibles dans leur entreprise par crainte de réactions négatives. Il n’existe pas de données plus récentes mais cette invisibilisation massive des personnes LGBT+ a des conséquences individuelles souvent violentes. Dans le monde, le sort des personnes LGBT+ reste dramatique dans des dizaines de pays.

À nous aussi d’apporter aux personnes LGBT+ de quoi se sentir fièr.e.s, respecté.e.s, soutenu.e.s, pour contribuer à faire changer les choses.

Pour tout cela, nous avons besoin de votre soutien. Si cette démarche vous semble correspondre à vos envies et à vos attentes, abonnez-vous et faites passer le mot !

Pour la rédaction,

Christophe Martet

  • phil86

    40€ par an c’est modique moins de 4€ par mois rien n’est gratuit le problème c’est surtout que la plupart des LGBT n’ont pas de conscience collective et s’intéressent pas aux sujets LGBT qui les concernent pourtant directement. Quant à Tetu le design de leur nouvelle page est à ch…

  • phil86

    Perso j’ai été victime des assos LGBT de ma ville et je suis en procédure judiciaire contre elles.

  • phil86

    Être aussi plus critique vis à vis de la communauté LGBT si tant est qu’elle existe car il ne sy passe pas que de belles choses et il faut balayer devant sa porte avant de critiquer la société. Mais sinon j’aime beaucoup komitid

  • arnosa

    d’accord avec Expat: cela ressemble de plus en plus a Yagg, avec l’entrisme de certains d’ailleurs. Je vous ai dejà ecrit: je suis ok pour payer, mais j’aimerais du contenu un peu plus vif (ne pas etre « mou du cul » comme l’a dit Didier L. d’un de vos anciens confreres): parlez-nous des vrais sujets et evitons la pensee unique: PMA: qui est pour? qui est contre? L’incendie du chem sex: quelles en sont les raisons? que fait-on?
    Merci par avance

  • expat

    Vous avez tenté la même chose avec Yagg, malgré l’accès payant pour lire certains articles, Yagg n’a pas pu continuer. Je vais me faire l’avocat du diable : Il y a 2 autres médias LGBT en France, où les articles sont gratuits. Pourquoi payer pour avoir accès à des articles que nous pouvons également lire sur ces 2 sites français d’informations LGBT ?