Marie Losier, réalisatrice de « Cassandro the exotico ! » : « Il n’y a rien de plus beau que quelqu’un qui affirme un besoin de liberté hors cadre »

Publié le

Les personnages « bigger than life », l’affirmation de soi, la liberté et les corps sont au cœur de notre conversation avec la documentariste Marie Losier dont le très beau film-portrait « Cassandro the exotico ! » vient de sortir en salles. Rencontre avec une cinéaste douée d’un regard et d’une écoute qui magnifient les êtres.

Marie Losier, la réalisatrice du documentaire « Cassandro, the exotico ! »
Marie Losier, la réalisatrice du documentaire « Cassandro, the exotico ! » - Antoine Barraud
Article Prémium

Marie Losier, réalisatrice de « Cassandro the exotico ! », portrait documentaire d’un catcheur mexicain gay haut en couleurs, est une orfèvre. Komitid l’a rencontrée pour évoquer avec elle la genèse de ce film merveilleux, depuis sa rencontre avec Cassandro jusqu’au montage, son style et ses techniques particulières ainsi que sa volonté politique de célébrer des corps pas comme les autres et la liberté d’affirmation. Komitid : Qu’est exactement un « exotico » dans la lucha libre mexicaine ? Marie Losier : J’ai découvert cela en rencontrant Cassandro parce que je ne savais même pas ce qu’était la lucha libre (l’équivalent du catch, NDLR) ! Les exoticos, c’est une catégorie particulière de la lucha libre (l’équivalent du catch, NDLR) qui est pour les homosexuels. Avant c’étaient des hétérosexuels qui jouaient des personnages gays sur scène et qui faisaient un peu les clowns. Tout cela était vraiment une expérience nouvelle pour moi. Bien sûr, j’avais quelques références de cinéma des années…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.