Colombie : deux ans après l'accord de paix, quels enjeux pour les personnes LGBT+ ?

Publié le

Il y a deux ans, le 24 novembre 2016, le gouvernement colombien et la guérilla des FARC signaient un accord de paix historique mettant fin à plus de 50 ans de guerre civile. Pour la première fois au monde, les reconnaissances des droits et des victimes LGBT étaient inclues dans un accord de paix. Malgré les gouvernements conservateurs successifs, la Colombie semble être à l'avant garde pour les droits LGBT en Amérique du Sud. Alors véritable eldorado ?

Alejandro Rodríguez, Manuel José et Víctor Hugo, le premier troupe officiellement reconnu en Colombie, participent avec une amie à la Marche des fiertés, en juillet dernier
Alejandro, Manuel et Víctor, le premier troupe officiellement reconnu en Colombie, participent avec une amie à la Marche des fiertés, en juillet dernier / Photo Sarah Nabli
Article Prémium

Avec plus de mille concours de beauté par an, la Colombie est le royaume des Miss en tout genre. Chaque premier samedi du mois, celui de Miss Trans attire les foules. Hétéros, familles et membres de la communauté trans et gay de Medellin se retrouve à la discothèque Estudio 2000, en centre-ville. Loin d’un show de drag queens où les gens viendraient s’extasier devant des performances, l’ambiance est chaleureuse et bon enfant. Ici les queens trans et les reines travesties sont des amatrices qui ont envie de briller sur les podiums devant leurs amis ou familles le temps d’un soir. Un concours hyper populaire Talons aiguilles de dix centimètres, perruques aux longues chevelures brunes, robes de cocktail, dans les couloirs aménagés en coulisses de fortune du vieux centre commercial où se trouve la discothèque, la vingtaine de Miss se préparent à entrer en scène. Le thème de ce soir est…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • phil86

    Un article très intéressant !