ß

Mariage pour tous à Taïwan : vers l'organisation de cinq référendums

Publié le

Pas moins de cinq questions relatives aux droits LGBT+ seront posées aux électeurs et électrices de l'île en novembre prochain. Explications.

referendum mariage taiwan lgbt
Un homme à la Pride de Taipei de mai 2017 - Q Wang / Shutterstock

Un, deux, trois, quatre, cinq référendums ? Le 24 novembre prochain les électeurs et électrices taïwanaises devront répondre à plusieurs questions relatives à l’ouverture, ou non, du mariage aux couples de même sexe. Sur place, la communauté LGBT+ s’inquiète d’une possible montée de l’homophobie. Explications.

Les choses avaient pourtant bien commencé : en 2017, la Cour suprême du pays avait jugé que les lois limitant le mariage aux seuls couples hétérosexuels violaient la constitution. Les juges avaient alors donné deux ans au législateur de l’île pour se mettre en conformité avec le jugement, avant que celui-ci ne devienne loi. C’est alors que des groupes anti-LGBT+, soutenus par des organisations religieuses, ont décidé de récolter des signatures visant à soumettre la question de l’interdiction du mariage pour tous et toutes à un référendum.

Le pari est très vite gagné pour le camp des anti. Et la semaine dernière, la Commission Centrale des Élections indiquait que trois référendums seraient soumis au vote lors d’élections locales le 24 novembre prochain : une première question demandera aux électeurs et électrices si ils souhaitent réserver le mariage aux couples hétéros, la deuxième de créer une union spécifique pour les couples de même sexe et la troisième l’interdiction de mentionner l’égalité de genre et l’homosexualité dans les écoles.

Légalité des référendums

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, explique le Taipei Times. Dans le même temps, des activistes pro-LGBT+ ont réussi à réunir assez de signatures pour l’organisation de deux référendums concurrents. L’organisation devrait également avoir lieu le 24 novembre prochain. Deux questions seront posées : celle de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe et celle de l’introduction de leçons sur l’éducation sexuelle et les minorités sexuelles.

« Maintenant plus que jamais les personnes LGBT+ à Taïwan sont visibles. »

« Nos opposants ont pensé qu’en faisant avancer l’idée d’un référendum attaquant la jeunesse LGBT+ et les couples de même sexe, ils pourraient faire dérailler le mouvement qui fait avancer l’égalité à Taïwan », a expliqué Jennifer Lu, la coordinatrice de la Coalition pour le mariage pour tous, à Human Rights Watch. « Maintenant plus que jamais les personnes LGBT+ à Taïwan sont visibles. » 

Le gouvernement de centre-gauche, qui s’était déclaré favorable au mariage pour tous, a en tout cas laissé la porte ouverte à l’organisation de ces multiples référendums. Mais d’après des spécialistes du droit, la décision de la Cour suprême de 2017 pourrait de toute façon forcer le parlement du pays a légaliser le mariage pour tous, quelque soit le résultat des référendums. Les associations locales seraient prêtes à retourner devant cette même cour pour faire respecter leurs droits.