« A Cannes, en voyant les premiers tweets, on a tous éclaté en sanglots » : Marie-Ange Luciani revient sur l'épopée « 120 Battements par minute »

Publié le

La productrice du film événement de Cannes 2017 explique à Komitid à quel point « 120 Battements par minute » a marqué sa jeune carrière.

120 BPM
« 120 Battements par MInute », de Robin Campillo - photo Celine Neizsawer
Article Prémium

Dans la vie d’une jeune productrice, une aventure telle que celle de 120 Battements par minute est forcément plus que mémorable. A l’occasion de sa participation au jury 100 % féminin du Festival de Saint-Jean-De-Luz, Komitid a rencontré Marie-Ange Luciani pour évoquer avec elle cette épopée qui aura marqué l’histoire du cinéma français. Komitid : Pouvez-vous nous parler de votre parcours, de ce qui vous a amené à devenir productrice ? Marie-Ange Luciani, productrice – photo X DR Marie-Ange Luciani : Je suis née à Ajaccio. J’ai grandi à la campagne dans une famille classe moyenne inférieure, on voyageait peu, alors je voyageais avec le cinéma. J’ai fait des études de littérature à Aix-en-Provence d’abord puis à Paris. Je pense que je me suis éduquée avec le cinéma et que ça m’a sauvé la vie ! J’ai commencé par un stage chez Ad Vitam en distribution. J’ai rencontré Gilles Sandoz sur la sortie du film…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.