ß

Quand Pokémon Go inspire les stratégies de prévention VIH aux Philippines

Publié le

Pour lutter contre la propagation alarmante du virus aux Philippines, l'association LGBT+ LoveYourself a eu une idée de génie.

Quand Pokémon Go inspire les stratégie de prévention VIH aux Philippines
Quand Pokémon Go inspire les stratégie de prévention VIH aux Philippines - Marc Bruxelle / AlexanderZe / Shutterstock

Comme le disent les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence dans leur messe 2018 : « Les IST, c’est pas comme les Pokémon hein, pas la peine de toutes les attraper ». La métaphore est si parlante qu’aux Philippines, où l’épidémie de VIH se propage actuellement à une vitesse alarmante, une association vient de mettre au point une application mobile type Pokémon Go… afin de permettre à ses utilisateurs et utilisatrices de trouver l’endroit safe le plus proche où trouver des préservatifs gratuits.

Développée par l’association LGBT+ LoveYourself, l’application baptisée Safe Spaces a également pour but de connecter les personnes qui l’ont téléchargée, LGBT+ ou non, avec des lieux où trouver des préservatifs gratuits, avec l’assurance de ne pas être jugées. L’appli, inspirée aux développeurs et développeuses bénévoles par le fonctionnement du désormais culte jeu mobile Pokémon Go, basé sur la géolocalisation de ses dresseurs et dresseuses de monstres de poche virtuels, permet de localiser ces espaces partenaires « sûrs » où trouver du matériel de prévention.

Une stratégie de prévention… virale

Vinn Pagtakhan, militant fondateur de LoveYourself, a expliqué à Gay Star News qu’il a eu cette idée après que le Département de la santé des Philippines a déploré, fin 2017, l’accès insuffisant aux préservatifs dans le pays, majoritairement catholique. « Neuf mois après le lancement de Safe Spaces, il y a déjà eu 10 000 téléchargements. Désormais, les 72 établissements partenaires distribuent environ 1 000 préservatifs par semaine ».

Pour l’instant, l’application est principalement active à Manille, la capitale, mais Safe Spaces prévoit d’obtenir 150 lieux partenaires d’ici la fin de l’année 2018. L’association LoveYourself projette également d’en faire une véritable plateforme de réduction des risques en matière de santé sexuelle à l’aide de vidéos pédagogiques, de promotion du dépistage et d’articles sexo à destination des personnes LGBT+, également en ligne sur le site internet de l’organisation.