Rain Dove explique pourquoi iel a dénoncé les agissements d'Asia Argento

Publié le

Rose Mc Gowan a révélé hier dans les pages du New York Times que la personne qui partage sa vie, le top-model Rain Dove, est à l'origine des dernières révélations sur Asia Argento.

Rain Dove Asia Argento
Asia Argento à Cannes et Rain Dove - Twocoms sur Shutterstock / Twitter

Le 19 août dernier, un article du New York Times révélait l’impensable : Asia Argento aurait signé un compromis avec un jeune homme qui l’accuse d’agressions sexuelles, alors qu’il était âgé de 17 ans. Depuis cette date, nombre de masculinistes ont sauté sur l’occasion pour discréditer – avec la mise en cause de l’une des voix les plus fortes du mouvement #metoo – l’entièreté de l’une des plus belles pages du féminisme occidental. C’est pourtant ce que cherchait à éviter la personne qui a, depuis, informé anonymement la police des échanges qu’iel avait eus avec Asia Argento.

En effet, trois jours après l’enquête, le 22 août, le tabloïd TMZ diffusait des échanges de textos entre Asia Argento et un.e ami.e concernant cette affaire, un échange pour le moins compromettant car Asia Argento y admet qu’elle a bien eu une relation sexuelle avec l’adolescent.

Rose Mc Gowan, la porte-étendard du mouvement #metoo et proche d’Asia Argento a révélé lundi 27 août via un communiqué de presse, que c’est la personne qui partage sa vie, le top-model non binaire Rain Dove, qui était la source anonyme de la police, puis indirectement (assure l’intéressé.e) de TMZ. C’est Rose Mc Gowan qui l’avait poussé.e à contacter la police. «  C’est triste de perdre une amie, mais ce qui est encore plus triste, c’est ce qui est arrivé à Jimmy Bennett », écrit-elle avant d’inviter Asia Argento à « être la personne qu’elle aurait aimé qu’Harvey Weinstein soit ».

« Tu dois le faire. Tu es obligé.e »

Dans le communiqué, Rose McGowan explique comment elle et Rain Dove ont pris cette décision : « Rain Dove a dit qu’iel (Rain Dove choisit le pronom « them » pour se déterminer, ndlr) allait à la police avec ces textos une fois que nous en aurions discuté, quoi que j’en dise. Mais iel voulait que je sois au courant pour anticiper les conséquences. J’ai répondu « tu dois le faire. Tu es obligé.e ». Je n’ai pas perdu de temps. Ce n’était pas dur à assumer. Ce qui était difficile, par contre, c’était le choc de réaliser que tout ce pourquoi nous nous étions battues avec le mouvement MeToo pourrait être mis en danger. Une heure après notre conversation, Rain Dove a confirmé qu’iel avait remis les textos et qu’iel discutait avec des officiers de police. 48 heures plus tard, les textos étaient dans la presse. »

Le top model, qui s’est fait connaitre pour avoir posé pour la collection hommes de Calvin Klein, s’est expliqué.e sur son compte Twitter : « La vérité m’aide à dormir la nuit. C’est pourquoi je sors du bois de toute façon. Ami.e, famille, connaissance ça n’a aucune importance quand on parle de justice : vous ne serez pas traité.e.s différemment. Vous serez traité.e.s avec égalité. J’espère que vous êtes prêt.e.s #MeToo ».