Alba Rohrwacher et Laura Bispuri, entretien croisé et fusionnel

Publié le

Deux ans après « Vierge sous serment », la réalisatrice et l'actrice italiennes reviennent avec « Figlia Mia », drame autour de la maternité et de la filiation. Libres, sensibles, complices, féministes, elles ont répondu aux questions de Komitid.

Figlia Mia
Laura Bispuri et Alba Rohrwacher lors de la Berlinale de 2018 - Cineberg / Shutterstock.com
Article Prémium

Pour son deuxième long-métrage, Figlia Mia (en français, Ma Fille), variation solaire autour de la maternité sortie le 27 juin, la réalisatrice italienne Laura Bispuri a de nouveau fait appel à la comédienne Alba Rohrwacher. Avec Vierge sous serment en 2015, elles racontaient l’histoire de Hana, une vierge jurée, une de ces femmes qui, après avoir fait vœu de chasteté et de célibat, vit selon les codes masculins. En s’appuyant sur cette tradition albanaise, le film proposait une subtile exploration du masculin à travers la performance d’Alba Rohrwacher. Avec Figlia Mia, l’actrice est cette fois mise à l’épreuve avec le rôle d’Angelica, un concentré de féminité explosif et imprévisible. Rencontre croisée entre une réalisatrice et son actrice fétiche. Dans Figlia Mia, la caméra suit Vittoria, fillette timide au corps malingre, dans sa fascination pour Angelica une marginale provocante et survoltée, qui est tout le contraire de sa mère, Tina (jouée…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous