ß

Le modèle noir à Orsay : De Géricault à Matisse

Publié le

Une rétrospective de 1794 (année de l'abolition de l'esclavage en France) à nos jours, qui s’attache à questionner la représentation des « figures noires » au travers d’œuvres picturales, photographiques ou sculptées.

modèle noir
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

D’abord présentée en avant-première à New-York en collaboration avec la Wallach Art Gallery, l’exposition été agrandie dans sa version parisienne, laquelle s’achèvera le 14 juillet 2019.

L’accent est particulièrement mis sur les relations, interactions et influences du modèle noir dans l’art. Nombreux.ses sont les artistes à les avoir immortalisés dans leur travail, allant parfois à l’encontre des représentations typiques de leurs époques respectives. Une mise en lumière d’hommes et de femmes, au travers de portraits, scènes de vie ou témoignages qui balayent près de trois siècles d’événements historiques et d’histoire de l’art.

De l’abolition de l’esclavage jusqu’à la période plus moderne, du portait de Benoist à celui de Géricault, des impressionnistes Manet et Degas aux photographes Nadar ou Carjat, « une autre vision politique, sociale ou raciale » est présentée au public. Un véritable défi pour le célèbre musée parisien a qui il a été parfois reproché de passer sous silence la question coloniale.

Matisse nous plonge dans l’ambiance du Harlem des années 1930 avec ses esquisses, les artistes contemporains afro-américains, Romare Bearden et Faith Ringgold nous régalent quant à eux de leurs tableaux aux formes et couleurs vives, si caractéristiques de leur art.

Une exposition originale et très éclectique tant dans les styles que les époques, l’occasion de (re)découvrir ces œuvres dans un tout autre contexte.