« Rapport historique » contre les discriminations anti-LGBT dans les Outre-mer : de belles avancées et quelques maladresses

Publié le

Un projet de rapport d'information sur la lutte contre les discriminations anti-LGBT dans les Outre-mer a été présenté mardi 19 juin aux député.e.s qui étaient au nombre de trois. Très attendues, les 80 pages du rapport dressent un état des lieux désastreux.

Le projet de rapport sur la lutte contre les discriminations anti LGBT dans les Outre-mer
Le projet de rapport sur la lutte contre les discriminations anti LGBT dans les Outre-mer

Tout avait si bien commencé. Ce matin était présenté aux député.e.s le projet du tant attendu rapport d’information sur la lutte contre les discriminations anti-LGBT dans les Outre-mer. Trois député.e.s avaient fait le déplacement pour l’occasion : Josette Manin, députée Nouvelle Gauche de la Martinique (1ère circonscription), Maud Petit, députée La République En Marche (LREM) du Val-de-Marne et Yannick Kerlogot, député LREM des Côtes-d’Armor. Il y avait donc plus de journalistes (cinq) et d’attaché.e.s parlementaires, que de député.e.s.

C’est devant cette maigre assemblée que le président de la délégation Outre-mer, le député LREM Olivier Serva, est revenu sur le pourquoi du comment il s’est trouvé à travailler sur ce rapport tant attendu. Pour ce faire, le député est revenu sur les propos homophobes qu’il avait tenu en octobre 2012 sur la chaîne Guadeloupe 1ère (et dénichés par nos collègues de Streetpress). Au moment des débats concernant l’ouverture du mariage à tous les couples, il avait en effet asséné « être tolérant, ce n’est pas accepter l’intolérable. Pour le chrétien que je suis, quand je lis la Bible (…), il est écrit que quand un homme couche avec un homme ou qu’une femme couche avec une femme, c’est une abomination ».

« Ces propos regrettables ont généré une crise politique et personnelle »

« Ces propos regrettables ont généré une crise politique et personnelle. C’est à la triste occasion de ces événements, que j’ai découvert l’homosexualité de mon ami. De toutes les réactions que mes propos ont pu susciter, la sienne aura été celle qui m’aura affecté le plus. Il m’a dit sa colère, il m’a dit sa peine, il m’a dit son humiliation et j’ai compris, aussi je regrette le mal que ces propos ont pu causer et réitère mes plus sincères excuses à ceux et celles qui auraient été touchées ». 

Un rapport « historique »

Le 14 février dernier, des parlementaires – dont Gabriel Serville et Olivier Serva – avaient composé une tribune« nous, parlementaires des Outre-mer, refusons l’homophobie ! », un an après que s’étaient tenus les États généraux des Français et Françaises d’Outre-mers LGBT+ et allié.e.s, au ministère des Outre-mer.

C’est dire combien ce rapport était attendu. Le document de 80 pages commence par dresser un état des lieux pour le moins désastreux sur les perceptions des individus : 69,4 % des hommes et 59 % des femmes vivant aux Antilles et en Guyane ont une opinion négative de l’homosexualité, l’associant soit à une forme de sexualité « contre-nature », soit à une forme de « trouble psychologique ».

Le contexte de stigmatisation et de tabou lié aux orientations sexuelles non hétérosexuelles et identités de genres non cisgenres est ensuite traité avec détails. Le rapport explore les facteurs d’aggravation de la haine anti-LGBT en Outre-mer et rappelle le poids des stéréotypes de genres, de la famille, de l’insularité et de l’imprégnation religieuse sur les sociétés ultramarines.

Laurence Vanceunebrock-Mialon rappelle la responsabilité de la colonisation et de l’évangélisation

Au-delà de l’insupportable et importante analyse des violences vécues par les personnes LGBT+, que ce soit en terme d’invisibilisation, de rejet social ou de violences physiques, les rapporteurs n’ont pas oublié de questionner la responsabilité des institutions : le fait que les associations n’aient pas les moyens d’agir, le fait que les collectivités territoriales se désintéressent de la question et que les élu.e.s ne se mobilisent pas (ce qui est manifeste étant donné les présent.e.s dans la salle).

Dans la salle, les rapporteur.e.s énumèrent les éléments les plus marquants de ce travail au long court : quand le député LREM des Charente-Maritime Raphaël Gérard mentionne l’invisibilisation des lesbiennes, la députée LREM de l’Allier Laurence Vanceunebrock-Mialon rappelle la responsabilité de la colonisation et de l’évangélisation des territoires d’Outre-mer.


Dans la salle, les trois député.e.s démontrent leur intérêt pour le rapport par des questions ou des remarques très intéressantes : Maud Petit évoque : «  J’ai grandi en Martinique et j’entendais que les noir.e.s ne pouvaient pas être homosexuel.le.s ». Josette Manin demande aux rapporteur.e.s : « avez-vous eu le culot, ou devrais-je dire l’audace, de contacter des hommes d’Église car sans un travail de leur part, les personnes se sentiront de toute façon discriminées ».

Laurence Vanceunebrock-Mialon explique qu’en Guadeloupe, le rapporteur Gabriel Serville a joint le secrétariat de l’évêché « qui a eu de la friture sur la ligne » dès que le sujet du rapport a été évoqué et qu’aucun rendez-vous n’avez été possible. Josette Manin, propose alors de faire le lien avec l’archevêque de Martinique.

Faire des territoires d’Outre-mer un «  avant-poste de la lutte en faveur de la dépénalisation universelle de l’homosexualité »

Yannick Kerlogot, qui appartient à la commission des affaires culturelles et de l’éducation, évoque un « rapport historique » en ce qu’il implique le scolaire dans ses recommandations.

Parmi les 29 recommandations proposées dans le rapport, le fait de « renforcer la prévention en milieu scolaire » (recommandations 5 à 8) est en effet capital. Il est également proposé de « mieux documenter les LGBTphobies en Outre-mer » via une collecte de données chiffrées qui n’existe pas, de « mieux former les agents et fonctionnaires ultramarins » (dont – ce qui est on ne peut plus capital – les personnels médicaux, les forces de police et les agents de guichets d’accueil des demandeurs d’asile), de « sensibiliser le grand public » (via les communications gouvernementales et les initiatives culturelles et médiatiques) et de « renforcer le tissu associatif local » (au travers de l’action de la DILCRAH principalement).

Le dernier point, et non des moindres, que proposent les rapporteur.e.s, est de « libérer la parole » en proposant la mise en place de lignes d’écoute spécifiques et locales et de faire des territoires d’Outre-Mer un «  avant-poste de la lutte en faveur de la dépénalisation universelle de l’homosexualité en soutenant les initiatives régionales ».

« Transsexuel.le.s » et lobby LGBT : derrière les belles avancées, quelques maladresses

Sur la partie concernant les personnes trans, les rapporteur.e.s ont nagé en eaux troubles. Comme elle et ils le montrent, aucune enquête n’a été menée au préalable sur ces personnes : « à l’image de la CNCDH, ils regrettent que les enquêtes KABP n’aient pas pris en compte la transidentité alors qu’en raison de leur vulnérabilité sociale, les personnes transgenres présentent une très forte prévalence au VIH dans l’Hexagone. »

Dans un encadré concernant les « Sarambavis à Mayotte », les termes utilisés sont problématiques lorsqu’ils évoquent des femmes trans : « ce terme désigne une catégorie d’hommes transgenres relativement bien intégrés au sein de la population mahoraise (…) Ils assument leur part de féminité et choisissent d’obéir à la « loi des femmes », participant notamment aux danses traditionnelles (…) certains d’entre eux optent même pour un changement de sexe. » Par ailleurs, le terme problématique « transsexuel.le.s » est utilisé à plusieurs reprises.

Tout s’était relativement bien passé quand le député Olivier Serva a voulu poser une dernière question aux rapporteur.e.s, une question qu’il a qualifié de « profane » et qui serait plutôt hors-sujet : est-ce que les personnes LGBT, parce qu’elles subissent les mêmes stigmatisations, n’auraient pas créé un « réseau qui faciliterait une ascension sociale » pour s’entre-aider ? Oui, le président de la délégation Outre-mer mentionne bien l’existence d’un lobby LGBT dans le cadre d’une présentation d’un rapport sur les discriminations, les agressions, les insultes subies au quotidien par les personnes LGBT.

Mention est faite du lobby LGBT, ce « réseau qui faciliterait une ascension sociale » aux personnes LGBT+

Le rapporteur Raphael Gérard répond de suite, en rejetant cette possibilité : non, en aucun cas dans les territoires d’Outre-mer, le fait d’être LGBT+ peut être un avantage, «  encore une fois c’est l’inverse ». Avant la clôture de la séance, le rapporteur Gabriel Serville tient tout de même à rappeler que ce « réseau qui faciliterait une ascension sociale » existe bien « dans certains milieux », mais exerce « dans l’ombre » car les personnes concernées sont elles-mêmes dans l’ombre.

Le rapport a été adopté à l’unanimité de la petite assemblée. Grâce à la détermination des rapporteur.e.s démontrée ce jour, il y a fort à parier qu’à ce constat implacable suivront des actions concrètes basées sur les recommandations des parlementaires. Nous espérons surtout, comme l’a avancé avec emphase le rapporteur Gabriel Serville, que grand nombre de député.e.s de la métropole sauront comprendre l’enjeu national de ce travail.

Si vous souhaitez lire notre petit live-tweet :