Des parlementaires signent une tribune bienvenue contre l'homophobie dans les DOM-TOM

Publié le

Le 14 février, sept parlementaires ont signé un texte rappelant que le mot égalité n'est pas que symbolique, sur le slogan républicain.

Assemblée Nationale
Assemblée Nationale - Elad Rosenberg via Flickr.

Dans les DOM-TOM, sept parlementaires soulignent dans une tribune journal Témoignages publiée le 14 février le besoin de défendre les territoires contre les actes LGBTPhobes et les tabous. Il y  a un an se tenaient les États généraux des Français et Françaises d’Outre-mers LGBT+ et allié.e.s, au ministère des Outre-mers, dont le but était de créer une synergie autours des droits des minorités sur les territoires ultra-marins. Les enjeux étaient alors de « briser les tabous », de « lutter contre les LGBT-phobies », de parler santé et prévention dans des territoires touchés par un accès moindre aux infrastructures.

Le 14 février, alors que des attaques homophobes et lesbophobes venaient de toucher la métropole, sept parlementaires ont décidé de s’engager dans une tribune, intitulée « Nous parlementaires des Outre-mer refusons l’homophobie ! »,  diffusée dans le journal Témoignages et partagée sur les réseaux sociaux. La ministre des Outre-mer Annick Girardin en parle comme une « excellente initiative ».

« Nous aurons à cœur d’accompagner nos compatriotes LGBT+ »

Menée par l’ex-ministre des Outremer, aujourd’hui députée de la Réunion, Ericka Bareigts, les signataires comprennent également Huguette Bello (Réunion), Justine Bénin (Guadeloupe), David Lorion (Réunion), Jean-Hugues Ratenon (Réunion), Olivier Serva (Guadeloupe), Gabrielle Serville (Guyane).

« Nous aurons à coeur d’accompagner nos compatriotes LGBT+ »

«  Nous, législatrices et législateurs de la France des outre-mers, fabriquons la loi au nom du peuple français mais notre mission est aussi de veiller à son application. Cette double mission nous oblige et nous aurons à coeur d’accompagner nos compatriotes LGBT+, leurs ami/e/s, leurs proches, leurs parents et leurs familles afin de combattre les exclusions, de faire advenir l’égalité concrète « pour tous » en dialoguant constamment avec les élu/e/s, le s institutions, les associations comme avec nos compatriotes ».

De nombreuses organisations ont salué l’initiative des parlementaires, comme La fédération de lutte contre les racismes, les homophobies et le SIDA Total Respect, mais aussi SOS Homophobie.

Parmi les 7 signataires, il y a lieu de relever la présence du député de Guadeloupe Olivier Serva qui s’était illustré par des propos homophobes, considérant en 2012 que l’homosexualité était « une abomination » alors qu’il était invité dans l’émission Buzz Première, sur Outre-mer 1ère.

Contacté par France Info, le député était revenu sur ses déclarations homophobes dans un mea-culpa que l’on ne peut qualifier que de grand classique. « De l’eau a coulé sous les ponts », explique-t-il. « La loi est passée, je respecte le mariage pour tous (…) je n’ai jamais été homophobe, j’ai beaucoup d’amis homosexuels. Je respecte le choix de chacun ». Très moranesque non ?