ß

Metz : l'expo Couples de la République et Couples Imaginaires saccagée par l'homophobie

Publié le

Exposées dans le cadre du festival Rainbow Weeks, plusieurs photographies d'Olivier Ciappa ont été vandalisées dans la nuit du jeudi au vendredi 1er juin.

L'exposition Couples de la République et Couples Imaginaires a été vandalisée dans la nuit du 31 mai au 1er juin - twitter.com/OlivierCiappa
L'exposition Couples de la République et Couples Imaginaires a été vandalisée dans la nuit du 31 mai au 1er juin - twitter.com/OlivierCiappa

« Ça faisait presque trois ans que les photos n’avaient pas été vandalisées », s’est désolé le photographe Olivier Ciappa dans un texte publié sur son compte Twitter vendredi 1er juin. Son exposition de photos Couples de la République et Couples Imaginaires à Metz a en effet été vandalisée dans la nuit du jeudi au vendredi 1er juin à coups de bombe rouge indélébile et d’affiches arrachées. « La plupart des affiches annonçant l’expo, montrant deux hommes et un bébé ont également été arrachées un peu partout dans la ville », a précisé l’artiste.


Organisée à Metz au square du Luxembourg par l’association Couleurs gaies dans le cadre du festival Rainbow Weeks, cette exposition propose une série de photographies « de vraies familles, de vrais couples, qu’ils soient gays, lesbiennes, bi, trans ou hétéros. », explique le photographe. « Bien entendu, ce sont à nouveau les photos LGBT qui ont été détruites, pas les hétéros. Dans l’expo, il y a aussi un certain nombre de chanteurs, comédiens, sportifs et politiques qui ont créé des Couples Imaginaires en tombant le temps d’une photo amoureux d’une personne de même sexe. Ces photos là ont bien évidemment été détruites aussi », a-t-il déploré.

« Un acte d’homophobie caractérisé »

« On devait s’y attendre », a confié Matthieu Gattipon-Bachette, le président de Couleurs gaies de Metz, à L’Est Républicain. L’association compte déposer plainte.


« Un acte d’homophobie caractérisé », a de son côté dénoncé le maire de la ville, Dominique Gros, qui a également précisé que l’exposition resterait en place telle quelle. Et alors qu’elle devait s’achever le 9 juin, elle est prolongée jusqu’à la fin de l’été.


« Quand on détruit des photos, c’est une autre expo qui commence, a expliqué Olivier Ciappa au journal local. Ça devient l’image de l’homophobie en France. Couples de la République est une expo de douceur. Elle peut aussi éduquer la rétine des personnes les plus réfractaires. »