Les « Oublié.e.s » de la mémoire appellent au rassemblement ce soir, à 19h dans le Marais à Paris, contre l'homophobie

Publié le

Les deux amants Bruno Lenoir et Jean Diot, avaient été étranglés puis brûlés pour homosexualité, en place de Grève le 6 juillet 1750, nous ne les oublions pas.

Des gerbes, posées prêt de la plaque, rue Montorgueil / DR
Des gerbes, posées prêt de la plaque, rue Montorgueil / DR

Il n’y a pas de limite à l’homophobie. Mardi dernier, la plaque commémorant l’exécution en 1750 des deux derniers condamnés à mort pour homosexualité en France, Bruno Lenoir et Jean Diot, a été profanée dans le Marais. 

Selon le collectif Stop Homophobie, « un individu a incendié les gerbes déposées à l’occasion de la cérémonie du 16 mai dernier (lors de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie (IDAHOT). Le suspect a été interpellé par la police, alertée par un témoin, qui a également relaté la scène et les menaces proférées, « du type : il faut brûler tous les PD » ».

Adoptant une « posture non victimaire », l’association des « Oublié.e.s » de la mémoire entend porter plainte pour cet acte à caractère homophobe et appelle à un rassemblement de « tous [ses] partenaires du tissu associatif LGBT, [ses] partenaires du monde de la déportation et les acteurs de la société civile, les parisiennes et les parisiens et le plus grand nombre à se rassembler autour de [son] association mémorielle le vendredi 25 mai prochain à 19h sur la plaque Bruno Lenoir et Jean Diot ».

L’exécution des deux amants

  • ccourouve

    Sur cette malheureuse affaire Lenoir-Diot, on peut se reporter à la page documentée

    https://laconnaissanceouverteetsesennemis.blogspot.fr/2014/08/laffaire-de-lenoir-et-diot-paris-1750.html

  • damien

    Attention, l’article peut porter à confusion : il ne s’agit non pas « des deux premières victimes de l’homophobie en France » (il y a eu d’autres avant), mais des deux dernières personnes condamnées et exécutées en France en raison de leur homosexualité.