Harcèlement scolaire : le témoignage bouleversant de Benjamin, jeune homosexuel sauvé in extremis du suicide

Publié le

Invité de « Salut les Terriens » samedi 5 mai, le jeune homme entend désormais s'engager dans la sensibilisation au harcèlement des élèves LGBT+.

Harcelé pendant sa scolarité parce que gay, Benjamin souhaite aujourd'hui sensibiliser les élèves - Capture d'écran Salut les Terriens / MyCanal
Harcelé pendant sa scolarité parce que gay, Benjamin souhaite aujourd'hui sensibiliser les élèves - Capture d'écran Salut les Terriens / MyCanal

Pendant tout son lycée, Benjamin a vécu l’enfer. Jugé trop efféminé par ses camarades, sans cesse fourré avec les filles dans la cour de récré, le jeune homme est très rapidement victime d’isolement, d’insultes et de coups parce qu’identifié comme homosexuel. « Au départ je n’avais pas le mot de « harcèlement scolaire » dans le sens où je pensais ça ne pouvait pas m’arriver. Plus ça allait plus ça devenait persistant », a raconté Benjamin dans l’émission Salut les Terriens* sur C8, samedi 5 mai.

« J’étais déjà très mal dans ma peau, assumer ce que j’étais était impossible », a-t-il expliqué. Les choses ont dégénéré lorsqu’un garçon lui a avoué ses sentiments. Benjamin n’a échangé que quelques baisers et s’est laissé prendre en photo avec lui. Assez pour nourrir le piège que lui avait tendu son camarade qui n’avait fait que lui mentir. « La photo a très vite fait le tour de la classe… (…) Ils étaient tous en train de se moquer de moi. ». Face à cela, Benjamin a nié en bloc son homosexualité et s’est fait ensuite taxer de menteur. Le cauchemar s’est amplifié. Son portable a été saturé de messages de haines : « va te pendre », « tu es une erreur de la nature ».

« C’est un combat que je ne lâcherai pas »

Après une première tentative de suicide, Benjamin retourne au lycée, mais le calvaire continue. Montages photos abjectes, moqueries, isolement total… « J’avais l’impression que la seule façon de m’en sortir était de disparaître ». Mars 2016 : le lycéen, qui ne sait pas nager, décide d’en finir et saute d’un pont au dessus d’une rivière du Mans, sa ville de résidence. « Pour moi personne n’allait me secourir », se souvient-il. Mais c’était sans compter sur les gendarmes qui, alerté.e.s par ses messages d’adieu publiés sur les réseaux sociaux, sont parvenu.e.s à localiser son téléphone. Alors qu’il était en train de se noyer, Benjamin a été sauvé.

Ce terrible événement a sonné comme un coup d’arrêt pour le jeune garçon qui a ensuite décidé de relever la tête. Il souhaite aujourd’hui intervenir dans les lycées pour sensibiliser les élèves au harcèlement scolaire des élèves LGBT+. « C’est un combat que je ne lâcherai pas ». Il est aujourd’hui serveur en CDI dans l’hôtellerie-restauration et a créé la page Facebook Harcèlement Scolaire, On peut tous s’en sortir.

*L’émission présentée par Thierry Ardisson a à de nombreuses reprises été épinglée pour avoir véhiculé des propos LGBTphobes. Consultez notamment l’étude réalisée par l’Association des journalistes LGBT (AJL) à ce sujet. Pour autant, la rédaction de Komitid a préféré ne pas occulter ce témoignage très important pour les personnes qui seraient concernées par de tels agissements.

  • maximezac

    C’est un sujet très important, mais je suis déçu que vous partagiez du contenu de Salut Les Terriens… Cette émission a eu un comportement transphobe le mois dernier (tous les médias en ont parlé) donc je trouve ça très gênant qu’un média LGBT comme Komitid leur fasse de la pub…