Ludovine de La Rochère, satisfaite de sa rencontre avec Laurence Rossignol

Publié le

En refusant aux couples de femmes l'accès à l'assistance médicale à la procréation (AMP, dite PMA), le gouvernement donne des gages aux opposant.e.s à l'égalité. Et ça fonctionne.

La nouvelle secrétaire d’État à la Famille a reçu hier, lundi 28 avril, les opposant.e.s à l’égalité des droits, « L’Avenir pour tous » de Virginie Merle-Tellenne, alias Frigide Barjot, en milieu de journée, puis la « Manif pour tous » dans l’après-midi. La présidente de ce mouvement, Ludovine de La Rochère, était au Grand Journal pour se réjouir des « victoires » obtenues (à partir de 9’56) :

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Le Grand Journal du 28/04/14 – Part. 2 Thomas Piketty, le phénomène

Laurence Rossignol aurait ainsi confirmé – « et nous nous en réjouissons pour les enfants », a commenté celle que ses partisan.e.s surnomment « Ludo » – que « le gouvernement ne soutiendrait pas d’initiative pour l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux célibataires ». Antoine de Caunes a alors évoqué un sondage selon lequel 57 % des Française.es seraient plutôt favorables à cette ouverture, que Ludovine de La Rochère a assez rapidement balayé.

Pour Olivier Besancenot, également invité, le recul du gouvernement sur la PMA laisserait penser que « le gouvernement entend plus facilement de l’oreille droite que de l’oreille gauche ».

Sur les sifflements qui ont visé Manuel Valls à Rome : « Il y a eu de Manuel Valls, pendant des mois et des mois, un traitement de nos manifestants et des propos à notre égard qui ont été extrêmement violents, qui étaient faux, qui étaient scandaleux, et donc il y a une certaine colère (…) et on peut la comprendre. »

Ludovine de La Rochère regrette néanmoins de n’avoir pas obtenu d’engagement sur le retrait de la circulaire Taubira « sur les mères porteuses » – qui permet en réalité, non la gestation pour autrui, mais la délivrance de certificats de nationalité française aux enfants né.e.s à l’étranger d’un père français et d’une mère porteuse – ni sur le fait que le Comité consultatif national d’éthique serait dessaisi de la question de la PMA – rappelons que le CCNE s’est auto-saisi (lire PMA : Chronologie d’une mort annoncée) – mais se félicite d’avoir pu avoir « un échange constructif » avec Laurence Rossignol sur le texte qui sera prochainement discuté à l’Assemblée nationale…

Les méthodes de la « Manif pour tous » ayant visiblement fait leurs preuves, les militant.e.s LGBT devront-ils/elles, pour se faire entendre du gouvernement Valls, se rendre aussi insupportables que les opposant.e.s à l’égalité des droits ?