Adoption: SOS homophobie appelle l’UMP et le gouvernement « à la rupture avec l’idéologie de 1999 »

Publié le

Les déclarations de Xavier Bertrand, le secrétaire général de l'UMP, sur la non-nécessité de modifier la loi sur l'adoption semblent avoir particulièrement agacé SOS homophobie.

Xavier Bertrand

Xavier Bertrand

Les déclarations de Xavier Bertrand sur la non-nécessité de modifier la loi sur l’adoption semblent avoir particulièrement agacé SOS homophobie.

« Ma famille politique est opposée à l’adoption par les couples homosexuels », a affirmé le secrétaire général de l’UMP à La Croix. « La loi ne le permet pas et je ne vois pas pourquoi il faudrait la changer. » Un peu plus loin, il précise : « Pour moi, ce qui prime avant tout, ce sont les droits de l’enfant ». « Pense-t-il sérieusement que tous les pays européens qui ont ouvert l’adoption aux couples homosexuels ont sciemment décidé de priver des enfants d’un développement harmonieux ? », s’indigne SOS homophobie dans un communiqué.

« DIX ANS DE RETARD »
Rappelant le sondage BVA pour La Matinale de Canal+ publié la semaine dernière (lire notre article) et selon lequel les Français sont favorables à l’adoption par des couples homosexuels, à 57 %, et à l’ouverture du mariage, à 64 %, l’association interroge : « qu’attend le gouvernement pour lancer une réforme populaire ? Avoir toujours 10 ans de retard sur nos voisins européens, est-ce là un élément de l’identité nationale dont le gouvernement est si fier ? ».

« Sur ces questions, on cherche en vain le pragmatisme si souvent revendiqué par l’UMP et le gouvernement », poursuit le communiqué. « SOS homophobie les appelle à la rupture avec l’idéologie de 1999. 
Comment l’UMP et le gouvernement peuvent-ils justifier le refus de l’adoption par les couples homosexuels, si ce n’est par leur conviction profonde que les homosexuel-le-s sont des êtres inférieurs aux hétérosexuel-les, et qu’ils-elles représentent un danger pour les enfants ? ». Ce qui expliquerait que Christian Vanneste n’ait toujours pas été exclu du parti du président de la République.

Envie de plus d’infos Yagg ? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.