Centre d'archives LGBTI+ à Paris : les associations réagissent au choix de la Mairie

Publié le

Komitid a contacté les trois associations qui travaillent sur un centre d'archives LGBTI+ à Paris suite aux propos de Jean-Luc Romero, sur le lieu choisi par la Mairie pour ce projet.

La façade du local proposé par la Mairie pour le centre d'archives LGBTI+
La façade du local proposé par la Mairie pour le centre d'archives LGBTI+ - Google Maps
Article Prémium

Lundi 16 mai, à la veille de la Journée mondiale contre les LGBTphobies, Jean-Luc Romero, adjoint à la Maire de Paris, annonçait que, concernant l’ouverture d’un centre d’archives LGBT, la mairie estime avoir “rempli ses obligations” en investissant 300 000 euros pour adapter une ancienne poste rue Molière, près du Palais-Royal. Un espace de 600 m2 dont 150 m2 en sous-sol.

“On a le lieu, il faut que ceux qui veulent ce projet se mettent d’accord”, dit-il à l’adresse du collectif Archives LGBTQI+, de l’Académie gay et lesbienne et d’Archives Recherches Cultures Lesbiennes (ARCL), trois associations porteuses de projets à qui la mairie demande de conclure un “accord de gestion” pour financer le futur site.

Komitid a contacté les trois associations qui travaillent sur ce projet d'un centre d'archives LGBTI+ à Paris. Voici leurs réponses.

Pour continuer la lecture de cet article :

Vous avez déjà un accès ?

Identifiez-vous

Centre de préférences de confidentialité