Angèle dans « Sept à Huit » sur TF1 : « l’outing ne peut pas être justifié »

Publié le

Dans une interview accordée à l’émission « Sept à Huit », sur TF1, le 20 février, la chanteuse belge est revenue sur l’outing dont elle avait été victime par un magazine people en 2019.

Photographie Angèle - Melanie Lemahieu/ Shutterstock
Photographie Angèle - Melanie Lemahieu/ Shutterstock

« Je trouvais ça extrêmement violent » confie durant l’émission Sept à Huit sur TF1 l’artiste Angèle au sujet de l’« outing » dont elle a été victime à l’automne 2019. Des photos volées de la chanteuse qui embrassait son amoureuse avaient été publiées dans la presse people, révélant ainsi sa bisexualité.

« Une douche froide » pour celle qui estime que cet acte est « très grave ». A la fois « dans ce que ça représente » et « dans ce que ça envoie comme message ».

Une forme d’hypocrisie

Selon la jeune femme de 26 ans, « il y avait une forme d’hypocrisie ». « On est pour les LGBT mais outer quelqu’un contre son gré ce n’est absolument pas une démarche pro LGBT ».

La chanteuse, qui avait porté plainte contre le magazine et gagné le procès, se livre également sur la réaction de ses proches. Elle évoque sa famille « ouverte d’esprit » pour qui sa bisexualité n’était pas un sujet, sa grand-mère à qui « on a dit toute sa vie que l’homosexualité c’était mal » et qui a fini par accepter l’orientation sexuelle de sa petite-fille.

« On se rend compte que les gens peuvent avoir de la souplesse ».

Choisir son coming out

Pour Angèle, le coming out est « une question de choix, de consentement ». C’est aussi « une question de moment ». Ce moment, elle l’avait choisi en aout 2020 en publiant un post sur Instragam. Sur une photographie, elle se montrait portant un t-shirt sur lequel était écrit «  Portrait of women who love women » (portrait des femmes qui aiment les femmes).

Aujourd’hui, elle a un souhait, « éduquer » en vue d’un « monde égal ». « Juste un monde égal ».

Centre de préférences de confidentialité