« On nous tue » : au Venezuela, la peur des personnes trans face aux violences

Publié le

Il y a peu, Alexa a été arrêtée par la police lors d'un contrôle routier. Quand les policiers ont vu que sa carte d'identité indiquait Alexander, ils lui ont demandé de sortir de sa voiture pour la fouiller. « Ils voulaient me déshabiller » par « curiosité morbide », se souvient la jeune trans vénézuélienne.

Venezuela LGBTI+/Shutterstock
Article Prémium

« Ils m'ont dit enlève ta culotte parce que nous devons voir si tu as de la drogue, ils m'ont fait enlever mon soutien-gorge », raconte Alexa, 33 ans.

Ce n'est pas la première fois qu'elle est confrontée à ce type d'agissements dans un Venezuela conservateur, où domine le rejet de la communauté LGBTI+ et où aucune loi ne garantit les droits des personnes trans.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous