Clémentine Autain : « Je créerai 300 centres de santé, une porte d'entrée notamment pour les personnes trans et pour la prévention du VIH/sida »

Publié le

Aux élections régionales, les différences dans les programmes des trois principaux challengers de gauche à la présidente sortante Valérie Pécresse, ne sautent pas aux yeux. C'est pourquoi Komitid a voulu les interviewer pour aborder plus en détail leurs propositions spécifiques.

Clémentine Autain dirige la liste « Pouvoir vivre en Ile-de-France » pour les élections régionales 2021 - DR
Article Prémium

Face à Valérie Pécresse (liste « Ile-de-France rassemblée»), la présidente sortante de la région, face à Jordan Bardella (liste « Le Choix de la sécurité») pour le Rassemblement national, face au LREM Laurent Saint-Martin et sa liste (« Envie d'Ile-de-France ») , et cinq autres candidat·es, la gauche part désunie pour les élections régionales en Ile-de-France, les 20 et 27 juin prochains. Ce n'est pas le cas dans d'autres régions.

La deuxième Région la plus riche d'Europe, forte de ses 12 millions d'habitants, est depuis 2015, présidée par la droite et le centre, avec Valérie Pécresse qui sur les questions LGBTI+, a souvent défendu des positions conservatrices.

Lors du débat organisé par l'Inter-LGBT et le Centre LGBT le 31 mai dernier, Clémentine Autain (« Pouvoir vivre en Ile-de-France »), Julien Bayou (« L'Écologie évidemment ! ») et Audrey Pulvar (« Ile-de-France en commun »), les trois principaux challengers de la présidente sortante ont pu présenter leur programme. Les différences ne sautent cependant pas aux yeux. C'est pourquoi Komitid a voulu les interviewer pour aborder plus en détail leurs propositions et pour leur poser quelques questions communes.

L'interview de Clémentine Autain, députée La France Insoumise de Seine-Saint-Denis et tête de liste de « Pouvoir vivre en Ile-de-France » (avec le soutien du PCF, d'Ensemble !, de la Gauche démocratique et sociale et du Parti animaliste) a été réalisée par téléphone le 11 juin dernier.

Komitid : Quelle serait première action sur les thématiques LGBT plus si vous étiez élue présidente de la région Ile-de-France ?

Clémentine Autain : Je nommerais une vice-présidence qui sera en charge de l'égalité entre les hommes et les femmes et de la lutte contre les discriminations LGBTIphobies, ce qui permettra d'avoir un regard et une action transversales. Par ailleurs, je pense que l'ordre des sexes et des sexualités est intimement lié. Et je veux que ces problématiques de genre soient traitées dans l’ensemble des politiques de la région.

En écoutant vos différentes propositions lors du débat des Régionales organisé par l’Inter-LGBT, on a l’impression qu’il n’y a pas de vraie différence entre les trois principales listes de gauche. Est-ce juste une impression ?

Clémentine Autain C'est une belle nouvelle de voir que sur un tel sujet, on a trois candidatures de gauche et écologistes qui vont pouvoir être cohérentes, dans la nouvelle majorité commune que j’appelle de mes vœux, pour lutter contre les discriminations à l'égard des personnes LGBTI. Cette convergence est le fruit des mobilisations sociales dont la courroie de transmission politique est historiquement la gauche. Les avancées dans les programmes sont d'abord des victoires du mouvement social LGBTI et par ailleurs, je pense qu'on a en effet trois profils de candidatures qui, sur ce sujet-là, peuvent largement converger.

À la Marche des fiertés du 26 juin, la veille du second tour, vous verrez j’en suis sûre les trois candidats franciliens de gauche cette année unis… Mais vous ne verrez pas Valérie Pécresse !

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous