Foot: la Ligue 1 affiche son combat contre l'homophobie dans les stades

Publié le

La 37e journée de Ligue 1, dimanche, a été l'occasion pour le football français de sensibiliser le public à la lutte contre l'homophobie, à travers diverses opérations dans les stades.

La campagne 2021 contre l'homphobie de la Ligue 1 sur le terrain de Monpellier - Twitter

La 37e journée de Ligue 1, dimanche, a été l’occasion pour le football français de sensibiliser le public à la lutte contre l’homophobie, à travers diverses opérations dans les stades.

Signe le plus visible de la mobilisation : les maillots des 20 équipes de Ligue 1 ont été floqués d’un numéro aux couleurs arc-en-ciel, symbole du mouvement LGBT, à la veille de la journée internationale contre l’homophobie. Ces maillots seront ensuite mis aux enchères au profit d’associations de lutte contre l’homophobie.

Les capitaines ont porté un brassard aux couleurs arc-en-ciel, couleurs reprises par plusieurs clubs dans des logos éphémères sur les réseaux sociaux.

Les joueurs et arbitres se sont par ailleurs réunis, lors de chaque avant-match, autour d’une affiche « Homos ou Hétéros, on porte tous le même maillot ». Un slogan repris par plusieurs de dizaines de joueurs de Ligue 1 dans des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

Ce même protocole avait eu lieu la veille lors de la dernière journée de Ligue 2.

Un court-métrage de sensibilisation, intitulé « Un samedi sur la Terre », a également été diffusé, notamment au Parc des Princes.

Ces opérations ont été organisées par la Ligue de football professionnel (LFP) en collaboration avec les associations Foot Ensemble, les PanamBoyz & Girlz United et SOS Homophobie.

Dans une interview à l’AFP, le président des PanamBoyz & Girlz United affirme cependant que le foot français est en retard sur la société. Bertrand Lambert affirme : « Même s’il y a eu une prise de conscience du problème ces dernières années, il y a encore un chemin incroyable à parcourir. La preuve en est qu’il n’y a toujours pas eu de coming-out à haut niveau. Ca montre bien qu’il y a un problème alors qu’on le sait, il y a des joueurs homosexuels qui jouent au foot en France et à très haut niveau. Cela veut bien dire qu’il y a encore de nombreux préjugés, que l’environnement n’est pas encore suffisamment sain, et que tous les acteurs ne sont pas prêts encore à accueillir des joueurs gays. Mais on peut aussi dire que les choses avancent. On l’a vu dans un récent sondage, avec 80 % des jeunes qui sont ouverts à l’idée d’avoir un coéquipier homosexuel dans leur équipe. Mais en même temps, 80 % de ces mêmes jeunes disent qu’il faudrait vraiment être très courageux pour faire son coming-out. Ce qui veut dire qu’ils sont conscients que le monde du foot n’est pas prêt. »

Avec l’AFP