Nigeria : la communauté LGBT+ victime de harcèlement sur l'application Clubhouse

Publié le

La communauté LGBT+ du Nigeria, pays conservateur, a été victime de harcèlement sur le réseau social Clubhouse, son seul « safe space » sur internet.

nigeria clubhouse
Le réseau social Clubhouse - Boumen Japet / Shutterstock
Article Prémium

L’application Clubhouse est devenue populaire dans la communauté LGBT+ du Nigeria qui se l’est appropriée comme « safe space ». Le réseau social, utilisable uniquement sur invitation, permet aux utilisateur·trices d’échanger en utilisant l’audio, et non la vidéo. 

Un utilisateur de l’application a expliqué au site Time que Clubhouse est un « refuge » et un « espace où on est là les uns pour les autres ». Ada, une avocate genderqueer, explique que « trouver une communauté sur Twitter est une chose, mais la communauté queer du Clubhouse pour moi est beaucoup plus personnelle parce que lа, j'ai l'occasion d'écouter, d'entendre leurs voix, leurs rires et parfois leur douleur. »

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous