Paris va-t-il donner le nom d'une rue à Claude Goasguen, pourfendeur des droits LGBT+ ?

Publié le

Le Conseil de Paris doit voter aujourd'hui pour qu'une rue de la capitale porte le nom de l'ancien député et élu parisien Claude Goasguen, qui s'est toujours opposé aux droits LGBT+. Cela suscite la controverse.

Claude Goasguen (3e en partant de la gauche) le 16 avril 2013, dans le cortège d'une manifestation anti mariage pour tous - DR

Mise à jour, 10 mars, 18h : résultat du vote du Conseil de Paris

 

Le Conseil de Paris doit voter aujourd’hui pour qu’une rue de la capitale porte le nom de l’ancien député et élu parisien Claude Goasguen, qui s’est toujours opposé aux droits LGBT+. Cela suscite la controverse sur les réseaux sociaux.

Claude Goasguen, mort le 28 mai 2020, était un homme politique très ancré à droite. Il a siégé au Conseil de Paris, pendant 17 ans, il a été maire du 16e arrondissement de 2008 à 2017 et en parallèle, il est député de 1993 à sa mort.

Durant les deux dernières décennies, il a marqué son opposition au pacs, puis au mariage et à l’adoption pour les couples de même sexe. En 2016, il s’opposait à la création d’un centre pour SDF dans le bois de Boulogne par la mairie de Paris.

Régulièrement, en tant que député, il s’est attaqué à l’Aide médicale d’État pour les malades étrangers. Ses propos jugés racistes ont été à nouveau publiés aujourd’hui sur Twitter.

 

Le Conseil doit voter ce 10 mars pour qu’une rue porte désormais son nom dans le 16e arrondissement de Paris. Le projet de délibération mentionne que cette dénomination est dérogatoire puisqu’il faut normalement attendre cinq ans après le décès d’une personnalité pour que son nom soit attribué à une voie publique.

Sur Twitter, Alice Coffin, conseillère de Paris EELV, militante féministe et lesbienne, annonce qu’elle va intervenir pour s’opposer à cette mesure.

 

De son côté, un proche d’Anne Hidalgo et ancien président de SOS homophobie, Joël Deumier, fait lui part de sa « tristesse ».

Sur Têtu, un élu socialiste, non nommé, tempère et affirme : « C’est légitime que la droite demande un nom de rue de quelqu’un qui a marqué le 16ème arrondissement, même si on s’oppose totalement à sa vision des choses. Lui donner le nom d’une obscure allée du 16, ce n’est pas une défaite politique. Il y a des combats beaucoup plus urgents. »

Cette décision relèverait de la courtoisie républicaine selon
Ce qui fait dire à ce compte Twitter bien connu :

Le vote doit avoir lieu dans le milieu de l’après-midi.

Lors de la discussion du vote, et suite aux propos jugés insultants de Francis Szpiner, le groupe écologiste a demandé une suspension de séance. Dans son intervention, la Présidente du groupe écologiste, Fatoumata Koné, a demandé la tenue d’un vote public. Il a eu lieu à partir de 18h30 et à 18h55, le résultat est tombé. La délibération est adoptée avec le vote favorable de 82 élu·es dont la maire de Paris, Anne Hidalgo et plusieurs membres de l’exécutif dont le premier adjoint Emmanuel Grégoire et Patrick Bloche. De son côté, Ian Brossat a voté contre. Jean-Luc Romero-Michel, adjoint en charge de la lutte contre les discriminations, était absent, ainsi qu’Audrey Pulvar et bon nombre d’élu·es du PS.

Centre de préférences de confidentialité