« La Chronique des Bridgerton » : la série Netflix qui ose la diversité en costumes est-elle vraiment progressiste ? 

Publié le

Créatrice de « Grey’s Anatomy », de « Scandal » et de « Murder », Shonda Rhimes inaugure avec « La Chronique des Bridgeton » un contrat signé avec Netflix et portant sur le développement de huit nouvelles séries

LE DUC DE HASTINGS (REGÉ-JEAN PAGE) et Daphne Bridgerton (PHOEBE DYNEVOR) / LIAM DANIEL - NETFLIX
Article Prémium

Présentée par Netflix comme la série « bonbon » des fêtes de fin d’année, La Chronique des Bridgerton créé une royauté fictive dans le Londres du 19ème siècle et dessine les contours d’un soap en costumes inspiré par Jane Austen et politiquement progressiste. La productrice pro-diversité Shonda Rhimes a-t-elle réussi son coup ?  

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous